Région AuRA : 50 millions de plus pour les commerces fermés, la gestion du gouvernement épinglée

 |  | 1240 mots
Lecture 7 min.
(Crédits : ©Région Auvergne-Rhône-Alpes/MichelPérès)
La région Auvergne Rhône-Alpes de Laurent Wauquiez veut continuer à se placer comme l’un des chefs de file sur le terrain des aides économiques et le porte-voix des professionnels encore fermés, épinglant au passage la gestion du gouvernement. L’exécutif régional a annoncé ce mardi une nouvelle enveloppe de 50 millions d’aides, destinée aux « secteurs les plus touchés » et demeurant fermés. Au total, plus de 500 millions d’euros auraient été à ce jour accordés par la Région AuRA pour faire face à une crise, qui devient de plus en plus politique.

(Publié le 01.12.2020 à 13:30, actualisé à 14:05).

« Nous voulons aider ce secteur le plus touché, avec des gens qui ont été les premiers à subir le confinement, et les derniers à qui le gouvernement pense, en ce moment, pour accepter le déconfinement ». C'est avec ces mots que le président LR de la région Auvergne Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, a annoncé un nouveau plan d'aides à hauteur de 50 millions d'euros, destiné notamment aux secteurs de l'hôtellerie-restauration, des bars, discothèques (CHRD) et salles de sports. Soit un vivier de près de 90.000 entreprises en Auvergne Rhône-Alpes, issus du secteur des CHRD.

Avec, entre les lignes, un message également politique : « Lorsqu'on voit que l'on est arrivé au stade où des gens, qui ne le font jamais habituellement, manifestent dans la rue juste pour demander de travailler, on peut se dire alors qu'il y a quelque chose de perdu et un fil, au niveau national, pour le moins distendu », affirmait Laurent Wauquiez.

Présenté comme le fruit d'une concertation avec l'ensemble de la filière, ces nouvelles mesures visent à épauler les entreprises encore fermées à ce jour : hôtels, restaurants, bars, discothèques, salles de sports, loisirs indoor, événementiel, traiteurs, etc...

Elles comprendront une aide rétroactive contribuant à financer 25% de tout investissement (Covid ou non), réalisé depuis le 1er janvier 2020 par une entreprise régionale encore fermée à ce jour, à hauteur maximum de 5.000 euros. « Tous types d'investissements peuvent être pris en...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :