Le torchon brûle entre l'Etat et les acteurs de la montagne

 |  | 1572 mots
Lecture 8 min.
Les professionnels de la montagne français ne comprennent pas pourquoi leurs remontées mécaniques devraient rester fermées, alors que d'autres pays ont confirmé l'ouverture de leurs domaines à ce stade.
Les professionnels de la montagne français ne comprennent pas pourquoi leurs remontées mécaniques devraient rester fermées, alors que d'autres pays ont confirmé l'ouverture de leurs domaines à ce stade. (Crédits : DR)
Pour les professionnels de la montagne, c’est la douche froide, voire même la stupéfaction… Au lendemain d'un échange avec le premier ministre Jean Castex, les acteurs de la montagne s'estiment trahis par la décision d'Emmanuel Macron, qui vient de fermer la porte à une réouverture des stations avant la mi-janvier. Une clause de revoyure est d'ores et déjà demandée au 5 décembre prochain, alors que d'autres massifs européens seront ouverts.

La montagne deviendra-t-elle le nouveau sujet d'achoppement sur le terrain de la crise sanitaire ? Alors qu'une concertation venait d'être engagée avec les élus locaux et les professionnels des stations, le président de la république Emmanuel Macron a tranché net hier soir. Au risque de revenir sur une partie des discussions entamées par son Premier Ministre, Jean Castex.

Affirmant que des « décisions seront finalisées très prochainement », Emmanuel Macron a annoncé hier qu'il lui semblait « toutefois impossible d'envisager une ouverture pour les fêtes, et bien préférable de privilégier une réouverture courant janvier dans de bonnes conditions ». Et d'ajouter : « Nous nous coordonnerons sur ce point avec nos voisins européens ».

Au lendemain de cette annonce, les lignes téléphoniques se sont mises à chauffer dans les massifs de la région, et notamment dans les Alpes, où les acteurs de la montagne s'estiment sonnés, voire même trahis par une telle annonce. Pour Alexandre Maulin, le président de Domaines Skiables de France (DSF) qui fédère 412 opérateurs de domaines skiables, cette annonce résonne « comme une grande douche froide ».

« Nous venions de rencontrer la veille le premier ministre Jean Castex, qui s'était engagé à nous fournir une réponse par écrit sous 10 jours. Nous comprenions totalement que d'autres activités étaient prioritaires et qu'il fallait attendre la baisse de la pression au sein des hôpitaux, car les acteurs de la montagne sont des professionnels responsables », contextualise Alexandre Maulin, également exploitant des domaines skiables des Sybelles (Maurienne) et de SuperDevoluy (Hautes-Alpes).

Il ajoute : « Nous avions aussi tous compris qu'il ne fallait pas compter sur la clientèle étrangère et se fixer un objectif raisonnable vers le 19 décembre, ce qui nous laissait un laps de temps ».

S'estimant elle aussi « sous le...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/11/2020 à 8:42 :
Le problème majeur du secteur est qu'il est devenu tellement cher que ce n'est pas au sein de la population française qu'il trouvera des défenseurs ça fait belle lurette que les salariés ne peuvent plus emmener leurs enfants faire du ski en montagne, ils en ont fait une activité de luxe, qu'ils se débrouillent avec il est bien évident qu'ils ne sont pas assez représentatifs pour être politiquement influents.

Vous vouliez récupérer le bon gros client suisse bien généreux ? Ben c'est vos clients français qui vont chez eux maintenant.
Réponse de le 26/11/2020 à 14:58 :
Bah non en fait moi il m'arrive d'aller au ski avec mes enfants et je connais des gens français qui font de même, nous ne sommes pas pauvres certes mais pas non plus "aisés" . Sachez qu'il y a des réduc par les CE d'entreprises pour les locs de skis, des stations moins "grandes" et donc plus abordables, des plans hors saison, des amis ou de la famille qui peuvent éventuellement vous loger parfois...Enfin bref ce n'est sans doute pas l'activité la plus populaire mais vous ne pouvez pas dire non plus que ça n'existe plus
a écrit le 25/11/2020 à 16:27 :
il est vrai que j'ai déjà averti mon député hélas lrem de ma circonscription. Je ne voterai jamais pour quelqu'un de près ou de loin lié à Macron. Impossible! Quitte à choisir un incompétent ou un amateur autant choisir quelqu'un de neuf pas un ancien secrétaire général de Hollande sorti de chez Rotschild...
a écrit le 25/11/2020 à 15:49 :
Pour l'instant, le problème ce serait plutôt celui de la neige . Rien ou quasiment rien sur les pistes !
a écrit le 25/11/2020 à 15:47 :
Bonne nouvelle... Allez en Bavière
Arrivée à Munich. Meilleures pistes d'europe entre 1 et 2 heures de train.
Bonne nourriture, très bon service, très bon rapport qualité prix
Ski de piste et ski de fond.
Et encore plus de choix à quelques kilomètres en Autriche.
a écrit le 25/11/2020 à 14:10 :
Les acteurs de la montagne sont surpris
Mais reveillez-vous, l'adn du micron est le mensonge, la rouerie.
Ce gonze est un cameleon, pardon aux cameleons.
Ou plus simple pour vous dessiller, quand cet idiot dit noir, pensez blanc.
En 22 votez, mais mieux.
Réponse de le 26/11/2020 à 14:48 :
C'te troll de 1er niveau que vous faites là sérieusement...Manque quoi là à la fin, un "votez Marine!" ou "Jean-Luc" mais vous n'avez pas osé...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :