[Vous avez dit vacances ? Paroles de patrons 5/5] "Les vacances sont de plus en plus indispensables" (Didier Caudard-Breille, DCB International)

 |   |  390  mots
Didier Caudard-Breille profite des vacances pour se vider la tête.
Didier Caudard-Breille profite des vacances "pour se vider la tête". (Crédits : DR)
La Tribune questionne tout au long de l’été plusieurs dirigeants d’Auvergne Rhône-Alpes sur leur rapport aux vacances. Entre injections sociétales, plus-value pour l’entreprise et pour soi, ces femmes et ces hommes se livrent sans détour. Cette semaine, Didier Caudard-Breille, président fondateur de l'entreprise de promotion immobilière DCB International, s'impose - et impose - au moins trois semaines au mois d'août "sans aucun dossier".

Que représentent les vacances ?

Le moment où je peux profiter de ma famille, de mes amis, faire du sport, visiter, cuisiner.... Bref, des espaces de détente. Cela étant, je m'embête beaucoup si je ne fais rien, et je ne suis pas capable de rester dans un transat. J'ai aussi du mal avec les mots croisés et les sudokus, donc il faut que je m'occupe. J'adore aller flirter un peu partout. Je ne pars pas forcément très loin, mais je pars toujours. Je ne suis jamais à Lyon pendant mes vacances. C'est un peu paradoxal, car j'adore Lyon en été. Il fait beau, il y a moins de monde et on découvre la ville sous un autre angle.

Le programme est-il toujours le même ?

La période est toujours la même. Depuis 20 ans, le mois d'Août est un mois totalement inopérant dans nos métiers du bâtiment, donc j'impose au moins trois semaines à mes collaborateurs et je me les impose également.

En revanche, le programme, change, même s'il y a des constantes, notamment quelques jours dans ma maison dans le Sud et aussi dans les Alpes. Cette année ce sera 4 semaines découpées en 4. Une première semaine en famille dans le Sud, une deuxième en Corse, une troisième à Saint Andrews en Ecosse où je vais jouer sur ce golf mythique et une dernière chez des amis en Grèce.

Avec ou sans dossiers ?

Sans aucun dossier, et ce depuis toujours. Mais en revanche, avec le téléphone portable, ce qui fait que je suis toujours en veille. Je peux même m'autoriser à traiter deux ou trois petites choses à distance, histoire de revenir tranquille en septembre, mais je ne m'isole pas pour travailler plusieurs heures sur des dossiers.

Le retour est-il difficile ?

Non pas du tout, mais je dois reconnaître que les vacances sont de plus en plus indispensables pour moi sur le plan mental. Je n'ai pas cette impression sur le plan physique, mais j'ai vraiment besoin de ce break pour me vider la tête et repartir en forme à la rentrée. Pour autant, cinq semaines par an me suffisent. Je pourrai me permettre de prendre plus et de suivre les dossiers à distance, mais je n'en éprouve pas le besoin.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :