Métropole de Lyon : Bruno Bernard (EELV) élu à la majorité absolue

 |   |  1516  mots
Bruno Bernard s'était porté comme le seul candidat lors de l'installation du conseil métropolitain, ce jeudi, au Centre des Congrès de Lyon.
Bruno Bernard s'était porté comme le seul candidat lors de l'installation du conseil métropolitain, ce jeudi, au Centre des Congrès de Lyon. (Crédits : Métropole de Lyon)
L’installation du conseil de la métropole de Lyon s’est déroulée ce jeudi matin au Centre de Congrès de Lyon, en présence des 150 conseillers métropolitains nouvellement élus ce 28 juin dernier. Le candidat écologiste, Bruno Bernard, soutenu par la nouvelle majorité issue des urnes, s’est présenté comme le seul candidat à la succession du président sortant, David Kimelfeld. Il a été élu à l'issue du premier tour pour un mandat de six ans avec la majorité absolue avec, toutefois, plusieurs mises en garde de ses adversaires.

(Article publié à 12:00, mis à jour à 17:00 avec la liste des vice-présidents)

Alors que ses listes avaient remporté neuf des quatorze circonscriptions de la métropole, confirmant la poussée d'une vague verte lyonnaise, le candidat écologiste Bruno Bernard était particulièrement attendu ce jeudi matin, pour l'installation du conseil métropolitain de Lyon.

L'élection, qui se tenait pour des raisons sanitaires au Centre des Congrès de Lyon afin de favoriser les mesures de distanciation sociale, s'est déroulée sous l'œil des caméras (en dehors du vote, à bulletins secrets). En présence des 150 conseilleurs métropolitains nouvellement élus (dont un pouvoir), mais aussi du président sortant, David Kimelfeld, et du maire sortant de la ville, Gérard Colomb, défait dans son fief historique du 9e arrondissement. Balayé lors du second tour, ce dernier avait d'abord déclaré "la fin de sa vie politique" avant d'affirmer qu'il s'engagerait à siéger dans l'opposition.

Bruno Bernard comme seul candidat

Première surprise de ce scrutin : seul l'écologiste, Bruno Bernard, s'est finalement porté candidat à la présidence de la métropole. Une annonce qui a provoqué, dans l'assemblée, une demande de Philippe Cochet, maire LR de Caluire-et-Caluire, qui souhaitait disposer, dans ces conditions, d'un bulletin blanc.

Pour autant, peu de doutes transparaissaient sur l'issue de ce scrutin : car alors qu'il était nécessaire de disposer d'une majorité absolue (fixée à 76 voix) pour remporter ce vote, Bruno Bernard devait en théorie être en mesure de s'appuyer sur 84 des 150 sièges occupés par les élus d'Europe Ecologie-Les Verts, grâce aux résultats enregistrés par les écologistes et leurs alliés lors du second tour.

La candidature de l'écologiste Bruno Bernard a finalement récolté la majorité absolue de 76...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :