Aéroports de Lyon : privatisation pour fin 2016

 |   |  513  mots
(Crédits : StéfanLD /Flickr /GFDL CC BY SA)
Après la rencontre de ce lundi entre Emmanuel Macron, et les différents actionnaires, le calendrier de la privatisation des Aéroports de Lyon a été dévoilé. L'Etat envisage de céder la totalité du capital qu'il détient.L'opération devrait être bouclée d'ici fin 2016 en même temps que Nice. Les collectivités actionnaires souhaitent introduire, dans le cahier des charges, la garantie de droits de trafic supplémentaires.

Ce lundi, le ministre de l'Économie Emmanuel Macron, a rencontré les différents actionnaires d'Aéroports de Lyon, dont l'État possède 60 % du capital, mais qui souhaite céder en totalité sa participation.

Le calendrier de l'opération a été dévoilé au terme des échanges entre M.Macron, et les actionnaires, CCI de Lyon (25 % du capital), Région Rhône-Alpes (5%), Métropole de Lyon (5%) et Conseil départemental du Rhône (5%).

Un processus qui se terminera fin 2016

Sous réserve d'une promulgation de la loi Macron d'ici la rentrée, le début des travaux relatifs à l'élaboration du cahier des charges est prévu pour l'automne 2015, avant le lancement de la consultation et du dépôt de dossier des investisseurs fin 2015 début 2016. L'examen des candidatures est fixé au 1er semestre 2016, pour une prise de décision prévue avant le terme de l'année 2016. La privatisation de l'aéroport de Nice sera menée en même temps, selon le président de Rhône-Alpes.

>> A relire : Philippe Bernand (Aéroports de Lyon) : "Air France-KLM doit être un client comme les autres"

Garantir l'ouverture des droits de trafic

Lors des échanges, les collectivités locales actionnaires ont souhaité l'introduction de plusieurs points clefs dans la rédaction du cahier des charges, à laquelle les collectivités entendent être associées :

"Le point décisif c'est la garantie de l'ouverture de droits de trafic supplémentaires pour les compagnies aériennes. Tout ne doit pas passer par Paris et il faut un rééquilibrage sur le territoire. Saint-Exupéry est le 47e aéroport européen cela ne correspond pas à la taille de la future région Auvergne et Rhône-Alpes qui deviendra la 7e région européenne", a plaidé Jean-Jack Queyranne.

4 000 signatures pour la pétition des entrepreneurs

Cette requête s'inscrit dans un combat initié depuis plusieurs mois par certains élus et responsables économiques du territoire. Ces derniers réclament une libéralisation des droits de trafic sur l'aéroport Saint-Exupéry.

La question de dessertes supplémentaires pour Emirates, qui souhaite une fréquence quotidienne de sa ligne Lyon-Dubai, a été évoquée ce lundi lors de la réunion. Le président de la CCI de Lyon, Emmanuel Imberton, a remis au ministre de l'Economie, la pétition signée par 4 000 chefs d'entreprises de la Métropole et de la Région, en faveur de l'ouverture du ciel lyonnais.

Le président de la Métropole et le président de la CCI ont également fortement sensibilisé M. Macron sur la spécificité du positionnement de Lyon-Saint Exupéry par rapport aux autres grands aéroports régionaux. "L'aéroport de la métropole lyonnaise faisant face sur sa propre zone de chalandise à la concurrence frontale de l'aéroport de Genève", indique la CCI de Lyon dans un communiqué.

D'autres points devront être intégrés aux cahiers des charges, comme les contraintes environnementales. Enfin, la Région ne souhaite pas monter au capital a précisé Jean-Jack Queyranne.

Actualisé à 19h08

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/07/2015 à 9:36 :
LYON et sa région méritent de disposer d'un vrai aéroport international avec des dessertes dans le monde entier.

Il y en a marre du centralisme à la française, Paris n'est pas la France.
a écrit le 20/07/2015 à 23:52 :
Ce qui compte, c'est l'augmentation des droits de trafic de et vers Lyon... si Air France ne veut pas être parti prenante de ce développement, libre à la compagnie nationale!
Mais Lyon et la région Rhône-Alpes-Auvergne doit continuer à aller de l'avant...
Je suis "pour" que la compagnie nationale soit favorisée si elle souhaite être partenaire active du développement de Lyon st Exupéry : sinon, on se passera d'elle ! ( Emirates, Qatar, et Easyjet sont en embuscade... !!)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :