A Lyon, les Verts européens réaffirment leur "troisième voie"

 |   |  626  mots
(Crédits : DR)
Lors du 23e conseil du Parti vert européen, qui se déroule à Lyon (13-15 novembre), les écologistes plancheront notamment sur la conférence climat de Paris et la crise des réfugiés. Mais à l'approche des élections régionales en France, les Verts souhaite se servir de l'ancrage territoriale comme fer de lance de leur action.

23 ans après, le Parti Vert Européen/ALE revient à Lyon, ville où il a été fondé. Lors de ce 23e conseil (13-15 novembre), qui réunira l'ensemble des partis européens de l'alliance, les écologistes ont profité de la conférence de presse en amont de l'événement pour réaffirmer leur identité à l'approche de la COP21 et du G20, dans une situation politique, française et européenne particulière.

"Le contexte est à la polarisation de la vie politique, entre une pensée unique incarnée par les partis traditionnels, et les partis populistes, à l'image du Front national en France. Mais cela représente une opportunité pour les Verts européens", analyse Philippe Lamberts, co-président du Groupe des Verts/ALE au Parlement Européen.

Pour enfin faire émerger cette "troisième voie", les Verts appellent à un autre modèle de société, propice "au développement économique et ainsi montrer que l'écologie est une solution pour nos territoires", rappelait Emmanuelle Cosse, secrétaire nationale Europe Ecologie Les Verts.

Politique décentralisée

Parmi ces convictions, celle d'une politique décentralisée, donnant davantage de responsabilités aux territoires. "Les liens entre les décisions prises par le pouvoir européen et les actions précises dans les territoires doivent être forts", explique Monica Frassoni, co-présidente des Verts au Parlement européen.

A ce titre, la tenue de ce Conseil, à quelques semaines des élections régionales en France, n'est pas anodine. Les députés européens présents ont logiquement affirmé leur soutien à Jean-Charles Kohlass, qui porte la liste du "Rassemblement" (EELV-Parti de gauche, société civile, Nouvelle Donne, etc) en Auvergne-Rhône-Alpes.*

Nucléaire, Lyon-Turin

C'était également une occasion pour eux d'aborder les problématiques locales ayant une résonance européenne, à l'instar du nucléaire, du Lyon-Turin. Mais aussi du climat. Prenant l'exemple de la lutte contre le réchauffement, Michèle Rivasi, députée européenne, estime qu'"il faut une cohérence entre les accords contraignants et les politiques locales, rappelant que "seule la liste du Rassemblement parle de déclinaisons territoriales."

Un ancrage local qui permet également de considérer les préoccupations précises des citoyens "afin de répondre à un éloignement des électeurs, en leur apportant des solutions concrètes et en améliorant leur qualité de vie", estime Emmanuelle Cosse, en allusion au mot d'ordre #bienvivre souvent cité dans la campagne de M. Kolhass. Elle assume la stratégie EELV pour les élections locales. "Cela passe par un choix clair d'une tête de liste capable de porter ces idées, sans penser aux alliances au premier tour", explique la secrétaire nationale.

Réformer l'Europe

Mais ce choix sera-t-il entendu par les citoyens ? Selon les derniers sondages, en Rhône-Alpes, le candidat de la liste du Rassemblement, Jean-Charles Kohlass est crédité de 8,5% des sondages. Un score pour le moment insuffisant pour se qualifier pour le second tour.  Une stratégie qui se cherche au niveau national, mais également au niveau européen, tant les alliances des Verts peuvent être différentes d'un pays à un autre.

Mais si les Verts veulent agir sur le plan local, ils souhaitent réorienter l'Europe, au niveau politique, afin de mettre au "cœur des enjeux la dignité humaine, souligne M. Lamberts en "étant le fermant du changement".

A l'ordre du jour, notamment, des réflexions sur la situation des réfugiés en Europe, mais aussi sur l'avenir de la zone euro, sur l'économie circulaire ou encore sur la lutte contre la pauvreté engendrée par le changement climatique. Autant de questions que les Verts européens doivent imposer dans le débat public pour réaliser leur troisième voie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :