EELV : il faut siffler la fin de la récréation

 |   |  670  mots
(Crédits : Laurent Cerino/Rea)
La scénarisation de l'affaiblissement du mouvement écologiste à la veille du sommet crucial de la COP 21 ne peut plus durer. La direction d'EELV doit siffler la fin de la récréation, retrouver le chemin de l'ouverture vers la société en mouvement qui a fait sa force au lancement d'Europe Ecologie et organiser des primaires ouvertes.

EELV est victime d'une tentative de déstabilisation et de bordélisation menée par un petit quarteron de parlementaires avide de maroquins ministériels, ayant abandonné les fondamentaux de l'écologie politique sur l'autel de leurs propres ambitions.

Un scénario d'affaiblissement

Cette scénarisation de l'affaiblissement du mouvement écologiste à la veille d'un sommet crucial pour l'avenir de l'humanité avec la COP 21, pour tenter de répondre enfin à l'urgence climatique, est certainement téléguidée par le couple exécutif (François Hollande-Manuel Valls) qui se régalent à séquencer les départs d'untel ou d'une telle (à l'instar de ceux de François De Rugy, puis de Jean-Vincent Placé) à intervalle régulier, faisant miroiter aux uns aux autres quelques petites et hypothétiques récompenses (à qui une nomination au Conseil économique social et environnemental, à qui un poste de secrétaire d'Etat lors du prochain remaniement ministériel, à qui une mission ministérielle bidon...).

Retrouver le chemin de l'ouverture vers la société

Cela ne peut plus durer. La direction d'EELV doit siffler la fin de la récréation et retrouver le chemin de l'ouverture vers la société en mouvement qui a fait sa force au lancement d'Europe Ecologie avec Dany Cohn-Bendit.

Les Journées d'été des écologistes ont été polluées par les paroles de dissidents, déjà en marge du mouvement, et opposés à la sortie du gouvernement après tant de renoncements dans le domaine de l'écologie lors des deux premières années de mandat.  Or, ces journées ont montré la diversité des combats écologistes, notre rôle de vigie pour remettre l'intérêt général au cœur des politiques publiques en luttant contre les lobbys et la corruption. La présence de Julian Assange en visioconférence témoigne de notre volonté à répondre aux désordres actuels et à ne pas nous résigner aux reniements des promesses électorales, et à l'inexorable montée du national-populisme.

Une dynamique citoyenne

Si EELV n'a pas aujourd'hui le vent en poupe médiatiquement, il existe une réelle dynamique citoyenne d'implication dans des projets écologiques de terrain. Dans les régions et sur l'ensemble des territoires des élus, des citoyens, des collectifs, à l'instar d'Alternatiba ou des Amap, inventent les chemins de la transition écologique permettant le développement de l'économie du lien et du partage, la réappropriation des Biens communs tels que l'eau, le maintien des terres fertiles, le développement des énergies renouvelables et des transports collectifs en passant par les programmes d'isolation thermique des bâtiments, la facilitation des circuits courts rapprochant producteurs et consommateurs...

J'invite Emma Cosse à reprendre l'idée des primaires ouvertes du peuple de l'écologie (qui doivent dépasser le cadre d'EELV et être organisées de façon collégiale avec l'ensemble des mouvements politiques et associatifs se situant dans le champ écologiste) de Pierre Rabhi à Nicolas Hulot et Corinne Lepage en passant par les animateurs d'Alternatiba, d'ONG de défense de l'environnement ou d'associations telles que FNE pour rassembler la famille écologiste aujourd'hui atomisée. Ces primaires devront définir la stratégie pour la séquence 2017 (présidentielle et législatives) et auront le mérite de minorer la parole individuelle de parlementaires ayant sacrifié leurs convictions écologistes, appâtés par les artifices du pouvoir.

Un pacte du "Vivre Mieux"

Il est temps de co-élaborer un pacte de l'espoir et du « Vivre Mieux » et d'en finir avec cette 5eme République obsolète et sa dérive oligarchique tout en rompant avec l'ordre néolibéral et productiviste qui asphyxie le peuple et notre environnement.

Puisse l'écologie politique retrouver le chemin de la créativité, du dialogue, des passerelles entre ceux qui agissent pour la mutation écologique dans les institutions et ceux qui participent à irriguer le paradigme écologiste dans la société. L'écologie doit remarcher sur ses deux jambes : l'émergence citoyenne et l'invention de nouvelles politiques publiques de long terme. Il y a urgence !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/09/2015 à 0:24 :
J'attends impatiemment de voir la fin de ces zizanies et des manipulations qui découragent les militants et décrédibilisent notre image, alors que les circonstances actuelles -la COP 21 n'en est qu'un exemple- appellent notre action. Je suis donc d'accord, dans l'ensemble, avec tes propositions.
a écrit le 04/09/2015 à 18:57 :
Hello Michèle, c'est curieux mais on peut constater que les écologistes démocrates et réformistes que tu accuses de tous les maux sont plus proches de Corinne Lepage que EELV. Et réciproquement, le 4 avril, cette dernière a répondu présente aux hôtes du jour, à savoir ceux-là même que tu critiques tant. Es-tu sûre qu'EELV va te suivre dans cette aventure de primaire ? En renversant combien de bassines d'épluchures sur la tête de N. Hulot, cette fois-ci ? Ces "écologistes" friands de débat et de démocratie, ne vont-ils pas descendre en flèche ta ferveur en taxant ton initiative "d'ouverture à l'écologie de droite" ?
a écrit le 02/09/2015 à 9:32 :
Michèle ne crois-tu pas qu'il faudrait siffler plutôt, la rentrée des classes...
a écrit le 01/09/2015 à 11:01 :
des écologistes qui ne connaissent que les taxes a mettre en place et les élections pour se faire élire , alors il faut en tirer toutes conclusions et adhérer au parti Socialiste .
a écrit le 01/09/2015 à 10:40 :
Les Ecolos se sont autodétruits en se faisant infiltrer par les plus radicaux qui ont oublié l'homme et l'écologie pour ne se consacrer qu'à la défense des palestiniens des roms des LGBT et des prostituées. L'écologie n'a pas à être un parti les prétendus écologistes n'ayant pas contrairement à ce qu'ils disent la science infuse et la réponse à tous les maux de la Planète. C'est à chaque parti politique de prendre en compte ce facteur écologique avec sa sensibilité. Pour que l'écologie redevienne crédible il faut qu'elle se recentre sur l'homme et abandonne son caractère réglementaire et répressif et retrouver son aspect convivial qui entraine l'adhésion.
La planète n'a pas besoin de l'homme pour se sauver (elle a su se sauver toute seule de cataclysmes beaucoup plus important que ceux provoqués par l'homme: volcans astéroïde etc.) L'Ecologie doit d'abord s'occuper de sauver l'humanité c'est déjà une vaste tâche!
a écrit le 01/09/2015 à 8:55 :
Fin de recré...
C est tout à fait ça.
Les 4 vertus cardinales qui occupaient les esprits de tant de grands penseurs antiques, accaparées et mises en boite dans un grand fast food au logo verdâtre : comme la science infuse, cela ne pouvait pas durer.
La prudence n' appartient pas a un seul parti.
a écrit le 31/08/2015 à 21:06 :
un bon coup de tcheka, et tout rentre dans l'ordre!
comme du bon vieux temps des pays ' gauche plurielle reenchantee' !!!!!!
au moins, sous staline, on savait vivre, pas vrai?
allez, on se relit docteur jivago, et on se met au travail
a écrit le 31/08/2015 à 19:53 :
Sommet crucial ? Je croyais qu'Obama avait déjà répondu avec l'accord d'exploitation des ressources du Grand Nord !!! Ce COP machin est la grande messe de Hollande et va coûter un maximum au contribuable français :-) Vive le Muppet Show, n'est-ce pas :-)
a écrit le 31/08/2015 à 19:21 :
L'écologie, l'environnement, le développement dans le durable, personne ne peut être contre, mais l'utilité d'un parti spécifique est inutile, des idées et des politiques spécialisés dans les partis suffisent. On ne peut pas être écologiste et ne pas prendre en charge toutes les sujets politiques ( défense, affaires étrangères...) qui ne sont pas des sujets annexes mais qui sont tout aussi importants, sinon pourquoi pas un parti politique des retraités ou pêcheurs à la ligne par exemple.
a écrit le 31/08/2015 à 17:02 :
Encore une enfoulardée sous les projecteurs ...
On n'en peut plus de ces nuls néo trotzko verts et autres !
Qui nous imposent leur idéologie, sans aucune idée de ce qu'est la vraie vie et l'industrie, celle qui essaye de maintenir vos revenus et un certain confort !
Pourquoi ne vont ils pas lutter contre la surpopulation mondiale, premier facteur de CO2 , là ou il le faut !
Sans oublier leurs jolis foulards et autres écharpes, un uniforme qui les aidera certainement à porter le bonne parole là ou ça pourrait servir !
Evidemment c'est plus dangereux ... que de siéger dans des parlements ou des commissions, surpeuplés eux aussi !

La morale à 8-10 000 € par mois et la retraite assurée en qq années, qui dit mieux ??

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :