Comment GoodTime veut aider le secteur des loisirs à traverser la crise

 |  | 522 mots
Lecture 3 min.
Sports, cuisine, gastronomie...GoodTime vise large à travers sa plateforme de réservations qui se veut comme le futur Booking des loisirs.
Sports, cuisine, gastronomie...GoodTime vise large à travers sa plateforme de réservations qui se veut comme le futur "Booking" des loisirs. (Crédits : DR)
INITIATIVE. La start-up lyonnaise veut se poser comme le Booking du secteur des loisirs, en proposant une plateforme de réservation visant à regrouper et rendre visible l'ensemble de l'offre du secteur. En pleine phase d'expérimentation sur la région AuRA, GoodTime espère lever trois à cinq millions d'euros courant 2021 pour l'aider à se déployer en Europe et participer à l'avènement d'un "new deal touristique", plus local.

On pourrait croire à première vue qu'il ne fait pas bon de lancer une plateforme de réservation d'activités de loisirs en 2020. Arnaud Cabal travaille sur le sujet depuis 2016, mais c'est finalement à l'été dernier que sa plateforme a été lancée. Dans une année particulièrement complexe pour les acteurs du loisir, et du tourisme, donc.

Si le contexte risque, forcément, de ralentir l'essor escompté de la startup lyonnaise, il lui offre en revanche un argument supplémentaire : "pour espérer tirer leur épingle du jeu, les professionnels du loisir devront accroitre leur visibilité", affirme ainsi le créateur de GoodTime.

Le "Booking" du...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :