Ses résultats s’effondrent avec le Covid-19, GL Events prépare la reprise

 |   |  1079  mots
Présent sur les cinq continents et dans plus de 20 pays, le lyonnais GL Events anticipe une reprise de ses événements à compter de septembre prochain. Crédit : GL/Nicolas Rodet
Présent sur les cinq continents et dans plus de 20 pays, le lyonnais GL Events anticipe une reprise de ses événements à compter de septembre prochain. Crédit : GL/Nicolas Rodet (Crédits : DR/ GL_Nicolas Rodet)
Sans surprise, le géant de l’événementiel lyonnais GL Events a publié ce jeudi des résultats qui demeurent fortement impactés par le Covid-19, du fait des contraintes sanitaires toujours en vigueur en France et à l’international. Un coup dur pour le groupe, dont le chiffre d'affaires du premier semestre 2020 plonge ainsi de 51%, à 266 millions d’euros. Mais GL Events table déjà sur une reprise à compter du mois de septembre, et confirme la tenue de plusieurs salons emblématiques.

-37,3% au premier trimestre, suivi de -51% au second. Le Covid-19 n'a pas épargné le secteur de l'événementiel, et continue de peser sur les comptes des entreprises du secteur. C'est le cas du lyonnais GL Events, qui a dû stopper net ses activités de salons et d'organisations d'événements courant mars.

Sans surprise, le groupe enregistre par conséquent une chute de 51% de ses activités au 2e semestre 2020, pour un chiffre d'affaires s'élève à 266 millions d'euros, contre 595,9 millions d'euros l'an dernier sur la même période.

Et il faut dire que pour cette industrie mise complètement à l'arrêt, l'activité a poursuivi son plongeon post-confinement, puisque les rassemblements de plus de 10 personnes n'étaient toujours pas autorisés en France au moment de clore son semestre, le 30 juin dernier. Résultat ? Le géant de l'événementiel, présent plus de 20 pays avec près de 5 600 collaborateurs, affiche des perspectives plus dégradées au second trimestre (-79%) qu'au premier (-37,3%).

Dans un tel contexte, ce sont naturellement les activités liées à son pôle Exhibitions, où l'ensemble des manifestations ont été mises à l'arrêt depuis mars, qui enregistre le plus fort retrait (-69,4%). "L'activité du semestre est impactée par le report de nombreux salons en...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :