Merial part à l’assaut du marché du bien-être des animaux de compagnie

 |   |  579  mots
(Crédits : Reuters)
Le leader du médicament vétérinaire Merial veut devenir un acteur de premier plan sur ce marché en pleine expansion du bien-être animal avec notamment une gamme d'hygiène et de soins pour chiens, chats et nac.

Fort de son positionnement de leader sur le marché de la santé animale, Merial n'entend ne plus seulement être l'un des fournisseurs de référence des vétérinaires en vaccins et médicaments. L'avenir du groupe, filiale de Sanofi, passe aussi désormais par le bien-être des chiens, des chats et autres furets, lapins et hamsters. Un domaine où Merial a fourbi ses premières armes depuis longtemps notamment via les gammes d'antiparasitaires Frontline. Et surtout un segment de marché qui est estimé à 82 milliards d'euros et qui affiche une croissance moyenne annelle de 5 % ces dernières années.

L'animal devient un membre de la famille

Autant dire que le spécialiste de la santé animale a flairé la bonne affaire, puisque le potentiel est loin d'être tari, en France et dans le monde, parce que les propriétaires de ces animaux sont de plus en plus attentifs à leur bien-être.

« Dans les pays matures, les animaux de compagnie sont des membres de la famille à part entière et dans les pays émergents, on constate que le nombre d'animaux de compagnie est en forte progression », analyse le Dr Sébastien Boussemart, en charge de la stratégie « animaux de compagnie » pour l'Europe au sein groupe Merial.

La place de l'animal tendant à se rapprocher de celle des humains, les besoins suivent et les propriétaires sont donc de plus en plus demandeurs de produits de soin du pelage, de l'hygiène des dents, et des griffes. Entre autres.

Une première gamme déjà disponible

Pour répondre à ces nouveaux besoins, les équipes de R&D de Merial viennent de mettre au point une première gamme baptisée Phlox. Déclinée pour chiens et chats, mais aussi furets, hamsters, lapins et autres mammifères à fourrure, ces produits prennent la forme de soins pour les yeux, les oreilles ainsi que la peau et les poils.

« Nous avons fait en sorte que ces produits soient faciles à appliquer et à administrer, c'est une des priorités pour tous les nouveaux produits fabriqués par le groupe et particulièrement pour les gammes d'hygiène et de soins », précise le Dr Boussemart.

Le groupe dont le siège mondial est à Lyon n'exclut pas non plus d'investir le segment du bien-être du cheval, même si plusieurs acteurs ont déjà pris une longueur d'avance sur lui.

Un modèle économique à trouver

Pour l'heure, ces produits de bien-être sont commercialisés en France via le réseau des vétérinaires, mais à l'avenir, ils pourraient sortir des cliniques vétérinaires. « D'ici 2018, 20 % des ventes liées aux soins des animaux se feront par internet. Nous sommes donc attentifs à ce phénomène », élude le Dr Sébastien Boussemart.

« Notre objectif est de capitaliser sur notre expérience en développant des produits innovants, avec notre caution scientifique, tout en misant sur les opportunités offertes par les nouvelles technologies pour devenir une entreprise globale de santé et de soin pour les animaux de compagnie », ajoute Éric Lambert, secrétaire général de Merial SAS.

Chacun assurant que pour l'heure l'entreprise n'a pas encore tranché sur le modèle économique à mettre en place pour commercialiser ces nouvelles gammes dédiées au bien-être. Les représentants du groupe, qui a réalisé l'an dernier 2.1 milliards d'euros de chiffre d'affaires, ne se risquent pas plus à afficher une prévision d'activité sur le marché du bien-être animal.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :