Merial : 55 millions d'investissements et un vaccin effervescent

 |   |  427  mots
(Crédits : Merial)
Merial, leader mondial dans la santé animale a annoncé ce jeudi un investissement de 45 millions d'euros sur son site de Saint-Priest,près de Lyon. Il s'agit pour le groupe lyonnais de développer un nouveau vaccin effervescent et une nouvelle ligne de bio-générateurs.

20 ans après la création de son site de production de Saint-Priest (Rhône), le groupe lyonnais Merial continue son développement sur ce pôle. Le leader mondial dans la santé animale a annoncé ce jeudi deux nouvelles tranches d'investissements d'un montant total de 55 millions d'euros, "qui seront l'aboutissement d'un projet industriel d'excellence lancé il y a de nombreuses années et dont la vision de l'époque est respectée", explique Véronique Kodjo, vice-président des opérations industrielles de Merial.

Un nouveau vaccin effervescent

La première opération, qui s'élève à 15 millions d'euros, permettra de développer une innovation caractérisée de "révolutionnaire pour les éleveurs", selon les équipes de Merial : un vaccin effervescent, permettant notamment de prévenir la grippe aviaire des volailles. Celui-ci remplacera la technique de lyophilisation. "Le vaccin est le même, nous innovons dans le mode d'administration", souligne le chef de projet Nicolas Tournier.

Plus léger, moins volumineux, il engendrera, selon Merial, une baisse des actes de manutention des éleveurs et permettra une vaccination de masse : "20 000 à 40 000 poulets pourrait être traité en une matinée", donne en exemple M. TournerPour cela, deux méthodes peuvent être utilisées : un procédé de nébulisation ou par la voie orale lorsque les animaux se désaltèrent. Développé depuis 2012, ce nouveau produit devrait être commercialisé en France à la rentrée 2015. Pour l'Europe et le reste du monde, Merial attend les autorisations sanitaires nécessaires. Le groupe assure que l'efficacité ainsi que le coût pour l'éleveur seront identiques par rapport à son ancien vaccin.

De nouveaux bio-générateurs

La deuxième tranche d'investissements, d'un montant de 40 millions d'euros, est destinée à la création d'une nouvelle ligne de bio-générateurs. "Grâce à des innovations technologiques, nous changeons d'échelle. Cela va nous permettre de doubler notre capacité de production", précise Véronique Kodjo. Les cellules souches se développent en passant d'un bassin à l'autre, sur lesquelles le virus est ensuite administré, permettant la fabrication des vaccins. Ces nouvelles unités de production seront livrées mi 2016 début 2017.

Merial, filiale de Sanofi, consacre environ 8 % de son chiffre d'affaires (2,1 milliards d'euros en 2014) à la R&D. Le site de Saint-Priest , l'un de ses 17 pôles dans le monde, fabrique chaque année 80 millions de flacons et un million d'ampoules, soit 25 milliards de doses de vaccin par an. Le groupe emploie 6 700 personnes sur la planète, dont 1 500 sur ces six sites rhônalpins, pour 450 sur le site de production de Saint-Priest.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :