Jérôme Colrat, Karim Mahmoud-Vintam, duo d'humanistes

 |   |  581  mots
Jérôme Colrat et Karim Karim Mahmoud-Vintam ©Laurent Cerino/Acteurs de l'économie
Jérôme Colrat et Karim Karim Mahmoud-Vintam ©Laurent Cerino/Acteurs de l'économie (Crédits : Laurent Cerino/Acteurs de l'économie)
Lauréats du prix de l'oeuvre collective, ils pilotent des structures dédiées aux exclus, aux pauvres, aux paumés : Alynea, et Les Cités d’Or. Jérôme Colrat et Karim Mahmoud-Vintam, taraudés par une même quête de sens, s’engagent et innovent pour les autres.

Karim Mahmoud-Vintam, 37 ans, est fort bien capé : Sciences Po, DEA d'anthropologie des religions, MBA à l'ESSEC. Il grandit en Guadeloupe, et atterrit avec sa famille à Champigny-sur-Marne (94). « Très vite avec mon jeune frère Sandy, nous avons ressenti la nécessité d'être utile, de donner un sens à notre vie ».

Sensibilité humaine 

Sandy n'a pas le baccaulérat, les parcours contrastés des deux frères aboutissent à une création originale en 2007 : Les Cités d'Or. Objectif : faire émerger dans les quartiers sensibles des « Ecoles buissonnières ».

Jérôme Colrat, 41 ans, dirige quant à lui depuis 7 ans, Alynea, acteur social majeur du département du Rhône - 100 salariés, 70 bénévoles, 9 millions d'euros de budget - et se bat depuis 40 ans sur le front de l'insertion, l'hébergement, l'urgence. Il choisit l'éducation populaire, MJC, centres sociaux, jusqu'à piloter Unis Cité. Et y constate, comme un écho à ses propres désirs, le souhait profond des jeunes à s'engager via un service civique. A la tête d'Alynea mais aussi du SAMU social qu'il préside au niveau national depuis décembre 2013, il défend « la part d'humanité dans notre société » et rend hommage à ce collectif qui l'accompagne. Financée à 98 % par l'Etat, Alynea fait aussi appel à des fonds privés - notamment la Fondation Gattefossé.

Profond désarroi

Les Cités d'Or ont grandi en région parisienne avant de s'implanter en région lyonnaise en 2013. Elle s'adresse à une population plutôt jeune, 16-35 ans, sortie des clous scolaires, économiques et sociaux. « Des gens certes en galère mais qui ressentent surtout un profond désarroi : matériel, affectif, symbolique. Ils ne croient plus en eux, sont convaincus qu'ils n'ont aucune contribution à apporter à la société », décrit Karim Mahmoud-Vintam. Avec ses 27 formateurs, dont 5 à Lyon (encore tous bénévoles), les « écoles » des Cités d'Or déployées chez l'habitant, s'emparent de ce désarroi de façon inédite : en creusant des compétences humaines fondamentales, en s'attachant à des valeurs éthiques et même politiques. Karim démontre une exigence : « Panser des plaies ne m'intéresse pas, c'est le tonneau des Danaïdes. Nous ne sommes pas là pour apporter des réponses, juste aider les gens à accoucher d'eux, de ce qu'ils portent en eux. »

« Changements magnifiques »

Alynea s'adresse à une population plus vaste - jeunes, vieux, femmes seules, personnes dans la rue - mais Jérôme Colrat témoigne de la même exigence : « Nous apportons des corrections à des parcours de vie fracassés mais pas question de faire à leur place. Nous sommes juste un élément déclencheur qui va leur permettre de remonter à la surface. » Par un logement par exemple, en foyer, en petites colocations (innovation lancée avec Est Métropole Habitat). Ses équipes font preuve de « trésors de patience, d'une finesse d'accompagnement » et se sent récompensé par les 7 000 personnes accompagnées par an : « Nous sommes témoins de changements magnifiques, des gens se remettent en route. »

Les Cités d'Or évoluent (aide de la Région, de la Fondation SEB, bientôt 3 salariés) et Karim Mahmoud-Vintam s'émerveille : sur les 600 personnes accompagnées depuis 2007, un quart ont repris des études, un quart ont accédé à l'emploi, parfois en créant leur entreprise. Au-delà, ce qui le comble, c'est que « des gens se trouvent, s'apaisent. Certains arrivaient avec une colère énorme, contre le monde, contre eux-mêmes, ils se sont réconciliés. Ils parviennent à se projeter, se construire un avenir ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/07/2014 à 5:54 :
Bravo à tous les deux pour votre engagement au service de la vie et de l'amour universel ! Un million de révolutions tranquilles sont en marche et il faut les faire connaître, les partager pour les multiplier ! Ce prix y contribue, de même que les Dialogues en humanité qui débutent ce soir à Lyon et se poursuivent tout le week-end au Parc de la Tête d'or !
a écrit le 05/06/2014 à 15:00 :
TOUT SIMPLEMENT " RESPECT !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :