Quel modèle pour gagner la compétition aéroportuaire ?

 |   |  390  mots
(Crédits : DR)
Outils indispensables à l'attractivité et au développement économique des territoires, les aéroports fonctionnent selon des modèles économiques variés, dont la durabilité est régulièrement remise en question. Par Pascal Gustin, Président d’Algoé.

Rude compétition que celle à laquelle se livrent les aéroports. Une compétition illustrant la complexité de nos sociétés : s'y affrontent des acteurs aux visions souvent antagonistes, malgré des enjeux généralement communs. Outils indispensables à l'attractivité et au développement économique des territoires, les aéroports fonctionnent selon des modèles économiques variés, dont la durabilité est régulièrement remise en question.

Répondre aux besoins

Ainsi, le modèle "Aéroport city" (du type Francfort ou Roissy), basé sur le déploiement d'une panoplie de services tertiaires (commerces, shopping, hôtels et restauration, etc.) semble atteindre ses limites : le pari d'une forte commercialisation du tertiaire est souvent un échec du fait de la faible attractivité des sites et de la concurrence proche des métropoles.

De même, les modèles de type "cluster" fonctionnent rarement au-delà de la filière sous-traitance aéronautique et logistique, ne disposant pas d'atouts réellement différenciants.

Les modèles de type "Porte d'un territoire", en revanche, tirent plutôt mieux leur épingle du jeu. Ils reviennent à la finalité première de ces infrastructures et s'efforcent de proposer des services de base compétitifs et adaptés à tous leurs segments de clientèle (passagers et compagnies aériennes). Par exemple, ils s'attachent à ouvrir des lignes aériennes qui soient moins de l'affichage qu'une réponse aux véritables besoins du territoire.

Risque et investissement

Les aéroports sont devenus des ETI à la gouvernance complexe, qu'il faut organiser et structurer de manière professionnelle. Souvent perçues comme une rente à fort potentiel de développement, ce sont en fait des structures à haut niveau de risque en matière d'investissement :

  • Il faut les dimensionner au plus juste pour préserver l'équilibre entre niveau d'endettement, compétitivité des offres et développement durable.
  • Il faut réussir à les intégrer aux économies locales et à les aligner avec les enjeux locaux pour garantir leur performance.

Rappelons que Lyon, qui est perçue comme la 15e des villes européennes les plus attractives pour les investissements étrangers, ne possède que la 49e plateforme aéroportuaire continentale. Les stratégies aéroportuaires gagnantes ne s'écrivent que dans la durée ; en cette période de privatisation, il faut espérer que l'État en tienne compte dans ses choix.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :