Roland Romeyer (AS Saint-Étienne) : "Après l’arrivée d’un investisseur, nous pourrions laisser la main"

 |  | 2009 mots
Lecture 10 min.
(Crédits : DR)
L’AS Saint-Étienne vit une nouvelle page de son histoire depuis la rentrée footballistique en août dernier. A l’occasion d’un dossier spécial (à retrouver dans le magazine et en ligne) s’intéressant à l’évolution de sa stratégie déployée depuis quelques mois afin de pouvoir concurrencer les grandes équipes du championnat, Roland Romeyer nous a accordé un entretien exclusif. Le président du directoire définit la vision du club pour espérer "une place dans le top 5" ; aborde longuement l’objectif de l’arrivée d’un nouvel investisseur "à qui il pourrait laisser sa place" ; et "reconnaît" l’exemple lyonnais en matière de choix stratégique notamment de formation. Un entretien qui offre une meilleure compréhension des enjeux auxquels est confronté l’un des clubs les plus populaires de France.

Pour lire l'entretien, profitez de notre offre d'essai d'un mois gratuit http://bit.ly/ActeursFullAccess

Acteurs de l'économie - La Tribune. Dans quel état d'esprit êtes-vous après le lancement de ce début de saison et une équipe de l'AS Saint-Étienne 4e au classement ?

Roland Romeyer. J'appréhendais le début de saison avec le départ de 14 joueurs, l'arrivée de 7 nouvelles recrues, un staff nouveau, Dominique Rocheteau promu directeur sportif, et une nouvelle cellule de recrutement. Nous partons sur une nouvelle ère et la situation m'inquiétait. L'AS Saint-Étienne est entré dans une importante phase de transition et pour le moment, après ce début de championnat, nous avons réussi notre pari. Néanmoins, sachons rester humbles. Nous ferons le bilan en décembre, lors de la trêve hivernale. Si cela ne fonctionne pas, nous ajusterons l'effectif.

Le club de l'AS Saint-Étienne est entré dans un nouveau cycle depuis cette nouvelle saison, pour quelle(s) raison(s), avez-vous revu votre stratégie ?

Depuis 2010, le club progresse, financièrement et sportivement, avec à chaque saison un bilan bénéficiaire. Ce qui sera également le cas pour l'exercice en cours. Ces résultats nous permettent ainsi de conforter le projet sportif. Nous sommes donc montés en puissance avec l'objectif de se qualifier pour une Coupe d'Europe. Néanmoins, nous voulons plus. Le football change de manière impressionnante, la concurrence est accrue, l'argent est roi - à mon grand regret - et huit équipes possèdent des capitaux étrangers. Nous devons donc évoluer afin de nous mettre à leur niveau et nous battre pour parvenir à rester en haut du classement. De plus, l'ancien entraîneur Christophe Galtier, nous a demandé d'arrêter un an avant la fin de son contrat, ce qui nous a obligés à rechercher un nouvel entraîneur pour cette saison en la qualité d'Oscar Garcia qui laissera plus de place aux jeunes.

Lire aussi : AS Saint-Étienne : une nouvelle stratégie à quitte ou double

Après avoir demandé à votre ancien directeur général Stéphane Tessier (parti en 2015) d'atteindre le top 8, vos ambitions vont plus loin, car vous souhaitez accrocher le top 5 voire 3. En avez-vous les capacités ?

Nous devons être lucides. Le club a une identité, une histoire et nous avons une ambition pour une ville de football d'atteindre chaque année la qualification en Coupe d'Europe. Au départ, nous...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :