Val Thorens : La Folie Douce change de tête

 |   |  466  mots
(Crédits : Folie Douce)
Première franchise de la marque La Folie Douce lancée à Val d'Isère, le restaurant d'altitude de Val Thorens, ouvert en 2009, a été repris par un professionnel, Xavier Lesprit-Maupin. Il a été accompagné par le fonds de capital investissement 123Venture.

Changement de propriétaire ! Le restaurant d'altitude La Folie Douce de Val Thorens, célèbre pour ses après-ski festifs, est désormais ente les mains de Xavier Lesprit-Maupin, nouveau maître des lieux, situés sur la commune de Saint-Martin-de-Belleville.

"C'est une opportunité qui s'est présentée. J'ai été informé par une de mes relations chez KPMG, cabinet mandaté pour la vente. Je vais avoir cinquante ans et je voulais m'engager dans une démarche entrepreneuriale. Je suis amoureux de la montagne depuis toujours", résume Xavier Lesprit-Maupin.

Ce dernier, ancien directeur des restaurants d'altitude du domaine de Chamonix, a acheté en octobre 2015 l'emblématique établissement dans le cadre d'une holding de reprise ad-hoc, Protogine SAS. Il détient 17 % des parts de cette structure aux côtés du fonds de capital investissement 123Venture, majoritaire avec 55 % des actions, et des trois associés historiques qui ont conservé 28 %.

500 couverts et un clubbing d'altitude

Ouvert en 2009, l'établissement perché à 2 600 mètres d'altitude, a été la première franchise du concept bâti par Luc Reversade et devenu une marque en 2007. Il emploie 48 salariés en contrats saisonniers, un pôle de quatre ou cinq artistes et fait appel à une équipe d'agents de sécurité privée.

Le chiffe d'affaires oscille entre 4 et 4,5 millions d'euros, selon des estimations prudentes. Les revenus sont assurés pour moitié par la restauration : les 200 couverts du restaurant gastronomique La Fruitière et les 300 couverts de la Petite Cuisine. L'autre moitié est réalisée avec l'après-ski hyper festif et branché sur la terrasse de 500 m², pouvant accueillir 1 500 personnes, uniquement de jour.

Reconduction de la franchise

C'est à Val d'Isère que Luc Reversade a créé le modèle original, étape par étape. Au-delà de Val Thorens La Folie Douce a essaimé à Méribel, l'Alpe d'Huez et Saint-Gervais Megève.

"C'est une marque qui fonctionne bien. L'avenant que nous avons signé prévoit une reconduction tacite de la franchise sur trois années", indique Xavier Lesprit-Maupin.

Il n'exclut aucune hypothèse et notamment le rapprochement, l'acquisition ou la création d'autres établissements sous la même enseigne. En attendant, Protogine SAS s'est tournée vers la plateforme Lendix pour emprunter 300 000 euros.

"La Folie Douce est un business rentable qui a une image établie", justifie Olivier Goy, président fondateur du site de financement participatif dédié aux PME et TPE

45 % de parts de marché

Opérationnelle depuis avril 2015, la plateforme annonce avoir conclu 11,3 millions d'euros de prêts en 2015 en s'octroyant 45 % de parts du marché du crowdfunding à destination des TPE et PME. La société qui compte 28 collaborateurs entrevoit un bel avenir :

"Ce type de financement n'en est qu'à ses débuts en France, estime Olivier Goy. En Grande-Bretagne, où il a démarré en 2011, il pèse aujourd'hui 4,4 milliards d'euros."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :