Rénovation énergétique : "L'idée globale est vraiment de relancer l'activité"

 |  | 1383 mots
Elisabeth Logeais, déléguée générale du pôle spécialisé dans les énergies renouvelables Tenerrdis, salue l'incitation à faire au sein de ce plan, tout en restant vigilante à ce qu'il demeure un chapitre pour l'innovation.
Elisabeth Logeais, déléguée générale du pôle spécialisé dans les énergies renouvelables Tenerrdis, salue l'incitation à faire au sein de ce plan, tout en restant vigilante à ce qu'il demeure un "chapitre" pour l'innovation. (Crédits : DR)
FOCUS RELANCE. Parmi les grandes lignes du plan France Relance de 100 milliards d’euros détaillé hier, figure la thématique de la transition écologique, qui fait écho jusqu’au cœur des territoires. En Auvergne Rhône-Alpes, Elisabeth Logeais, la déléguée générale du pôle de compétitivité de la transition énergétique Tenerrdis, aussi membre du conseil d'administration de l'Association Française pour l'Hydrogène et les Piles à Combustible (AFHYPAC), revient sur les enjeux de cette filière, qui pèse lourd à l’échelle locale.

Quel est l'état des lieux de la filière de la rénovation énergétique en Auvergne Rhône-Alpes ?
Elisabeth Logeais : "Il existe, au sein de notre région, une densité d'acteurs très forte, avec des activités liées aux énergies renouvelables telles que l'hydraulique, qui emploie 20 000 personnes sur notre territoire, ou encore les gaz renouvelables pour le bâtiment, qui représentent près de 8000 emplois. Nous sommes la première région décarbonée, en termes de production d'énergie, mais également le premier producteur hydraulique du territoire.

Notre pôle de compétitivité rassemble d'ailleurs près de 230 membres (entreprises,  industriels, associations, laboratoires de recherche, etc), dont près de 132 qui œuvrent dans le domaine des énergies renouvelables (solaire, hydraulique, éolien, etc). Le secteur de réseau intelligent est également très représenté, ainsi que l'hydrogène, le biogaz et l'éolien. Une filière dédiée aux batteries est également en train de se renforcer à travers le projet Verkor -porté notamment par les industriels EIT InnoEnergy, Schneider Electric et le Groupe IDEC-, qui porte avec elle l'ambition de créer des champions nationaux et internationaux dans ce domaine."

Comment se répartissaient jusqu'ici ces filières, au niveau géographique ?

"Auvergne Rhône-Alpes est en quelque sort une petite France à elle toute seule, car nous disposons à la fois des territoires très industriels et montagneux, où l'on retrouve l'ensemble de la production hydraulique, et à la fois des territoires ruraux comme l'Auvergne, où se développent des filières d'activités autour des biogaz, qui visent à basculer jusqu'à 30 % de la consommation...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :