Pôles de compétitivité : le nouveau pari de Tenerrdis, relabellisé

 |   |  760  mots
(Crédits : Pascal Rossignol)
Basé à Grenoble, le pôle de compétitivité de la transition énergétique Tenerrdis fait partie des 8 pôles rhônalpins relabellisés à travers la phase 4 lancée par le gouvernement. Une occasion d’accompagner les mutations du pôle, qui amorce une transition vers l’international et vers la création de six nouveaux axes stratégiques.

Pas de fusion, ni d'inquiétudes à l'horizon pour Tennerdis. Le pôle de compétitivité de la transition énergétique en Auvergne-Rhône-Alpes devrait pouvoir souffler : il fait partie des 48 entités ayant obtenu le feu vert du gouvernement, dans le cadre de la phase 4 des pôles de compétitivité, pour la période 2019-2022.

Avec une autre nouveauté en parallèle pour la pôle : l'arrivée, début janvier, d'Elisabeth Logeais au poste de déléguée générale, en remplacement de Catherine Candela, qui retourne ainsi reprendre ses fonctions au sein d'Air Liquide.

Nommée pour un mandat de 3 ans, la nouvelle déléguée générale est notamment passée par la business unit Energy de Schneider Electric avait occupé, avant cela, différentes fonctions en lien avec le marketing, les ventes et développement de business au sein du groupe.

"J'ai toujours eu une sensibilité à l'égard des enjeux énergétiques et je suis arrivée à une période charnière des pôles, qui viennent d'être reconfirmés pour une période de quatre ans", confirme-t-elle.

Et si la nouvelle dg affirme avoir bénéficié à ce titre de tout le travail de réflexion de ses prédécesseurs, notamment quant aux nouveaux axes stratégiques définis pour le pôle, ce sera notamment à elle d'en assurer la mise en œuvre et le déploiement.

Six nouveaux axes stratégiques pour 2019-2022

Ce nouvel appel d'offres pour la relabellisation visait notamment à resserrer le nombre de pôles, en intégrant de nouveaux critères tels que les résultats obtenus, leur mode de gouvernance (avec notamment, la volonté d'atteindre une certaine taille critique), ainsi que leur capacité à croître à l'international et à développer des axes de collaboration avec d'autres entités.

"Le gouvernement a donné des directives très précises : les pôles doivent aujourd'hui servir à activer nos filières d'excellences et à créer de l'innovation à partir de projets européens, et à accompagner des emplois pérennes et durables".

Pour Elisabeth Logeais, les pôles de compétitivité ont donc plus que jamais une vocation : "Assurer une meilleure compétitivité des territoires, avec une volonté de passer d'une approche d'abord orientée vers les filières et la technologie, à une approche davantage tournée vers les usages".

Pour cela, Tenerrdis a choisi de se recentrer autour de six axes stratégiques : la production d'énergies renouvelables, l'efficacité énergétique, la mobilité décarbonnée (avec l'accompagnement des véhicules à hydrogène notamment), la conversion et le stockage d'énergie, ainsi que le développement des micro-grids et l'intelligence des réseaux (avec ses notions de cybersécurité).

"Un certain nombre de ces axes étaient déjà inscrits dans les activités de Tenerrdis, comme la production d'énergies renouvelables, ou l'efficacité énergétique, qui était plutôt à l'origine dédiée au bâtiment, et que nous étendons aujourd'hui à l'industrie", rapporte Elisabeth Logeais.

Des alliances à poursuivre

Alors que le gouvernement a souhaité renforcer la coopération entre les différents acteurs à l'échelle du territoire, Tenerrdis a inclus cette exigence en développant des partenariats sur chacune de ses thématiques cibles.

"Nous avons par exemple un accord de partenariat et une feuille de route avec Minalogic sur les réseaux intelligents et la cybersécurité, ainsi qu'un accord du même type sur la question des véhicules décarbonnés avec le Centre d'Aptitude à la Conduite et d'Adaptation des Véhicules (CARA) belge". Même chose concernant la thématique du stockage d'énergie, ou le pôle travaille avec son homologue en PACA, Cap Energies, ainsi qu'avec le pôle Axelera concernant le mix d'énergies renouvelables.

"Quand je vois la vitesse à laquelle évoluent les pôles, je pense que d'ici quatre ans, des alliances à l'échelle européenne continueront probablement à se créer. Mais je suis certaine d'une chose : le cœur de l'attente vis-à-vis des pôles se situe sur la question des usages", estime-t-elle.

Avec un budget de fonctionnement annuel de près de 1,5 millions d'euros (financé à la fois par l'Etat, la Région, mais aussi par plusieurs métropoles du territoire ainsi que par les cotisations de ses membres), Tenerrdis regroupe 229 adhérents, dont près de 70% de PME.

Il a labellisé l'an dernier 36 projets sur l'ensemble de la filière, pour un total de 320 projets et démonstrateurs labellisés et financés à hauteur de 594 millions d'euros, ayant réalisé un effet levier de 1,8 milliards d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :