L'équipementier cycliste Mavic passe aux mains du groupe Bourrelier

 |   |  997  mots
En attendant qu'une nouvelle page s'ouvre pour Mavic, la participation de la marque à la prochaine Grande Boucle, qui doit partir de Nice le 29 août prochain, semble désormais assurée.
En attendant qu'une nouvelle page s'ouvre pour Mavic, la participation de la marque à la prochaine Grande Boucle, qui doit partir de Nice le 29 août prochain, semble désormais assurée. (Crédits : DR)
L'équipementier historique du Tour de France, Mavic, a finalement été cédé au groupe Bourrelier, à la barre du Tribunal de commerce de Grenoble ce mardi. Repris successivement par Salomon et son actionnaire Amer Sports, puis par un fond américain en 2019, le fabricant de cycles né à Lyon pourrait cependant perdre la moitié de ses effectifs. Son nouveau propriétaire envisage de recentrer ses activités sur la conception des roues en aluminium et en carbone, l'une de ses spécialités.

Au moment où la France se découvre un intérêt renouvelé pour le vélo, c'est un nouveau fleuron national qui vient d'être repris à la barre du Tribunal de commerce de Grenoble. Le fabricant de cycles Mavic, connu pour son rôle d'équipementier historique au sein du Tour de France, entre dans le giron du groupe Bourrelier, à l'issue d'une procédure où il avait reçu pas moins de 14 marques d'intérêts, dont dix provenant d'acteurs hexagonaux.

Avec, parmi eux, l'ancien directeur général du Crédit mutuel Arkéa, Ronan Le Moal, qui avait été rejoint par l'avocat Didier Poulmaire et le quintuple vainqueur du Tour de France, Bernard Hinault. Ou encore le patron du groupe Gorgé, Raphaël Gorgé, spécialisé dans les champs de la robotique civile et militaire.

Spécialisé dans les roues de vélos ainsi que les équipements cyclistes (casques, vêtements, etc), Mavic employait jusqu'ici 250 personnes dans le monde, dont 200 en France sur les sites d'Annecy (Haute-Savoie) et de Saint-Triviers-sur-Moignans (Ain).

La société, née à l'origine à Lyon en 1889, dispose désormais d'un portefeuille de plus de 70 brevets pour protéger ses technologies de pointe. Elle avait par exemple...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :