Raidlight : Benoit Laval veut reprendre son atelier de production à Rossignol

 |   |  467  mots
(Crédits : DR)
Revendu au Groupe Rossignol en 2016, Raidlight Vertical est sous la menace de la délocalisation en Chine de son atelier de production. Son fondateur, qui a quitté l'aventure en février dernier, propose à Rossignol de reprendre l'atelier pour se lancer dans un nouveau projet de fabrication, sans lien avec Raidlight.

La nouvelle a été annoncée en début de semaine aux salariés. Rossignol engage un plan de restructuration concernant les 5 salariés de l'atelier de production de sa filiale Raidlight Vertical, spécialisée dans l'équipement des trailers et des coureurs à pied.

La raison évoquée :

"Pour des questions de compétitivité, la production sera probablement centralisée sur la Chine", explique-t-on du côté de Raidlight.

Avec une quinzaine de salariés, Raidlight continuera néanmoins de piloter ses activités depuis Saint-Pierre-de- Chartreuse en Isère. Rossignol avait racheté Raidlight Vertical, en 2016, à ses fondateurs Benoit Laval et Vincent Thibaudat. Ces derniers avaient finalement décidé de quitter l'aventure en février dernier pour des questions de "divergence stratégique".

Responsabilité ?

"Est-ce je me sens une responsabilité ? Un peu, mais je n'ai pas mauvaise conscience. L'opération apparaissait comme un très bon choix. Nous avions besoin de nous appuyer sur ce groupe international pour poursuivre la croissance de Raidlight", commente Benoit Laval.

Il avait lancé cette activité de production en 2008, alors qu'il était encore installé dans la Loire puis l'avait déménagée en 2011 à...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :