Lyon veut aussi promouvoir sa nuit

 |   |  355  mots
(Crédits : Muriel Chaulet-Ville de Lyon)
La ville de Lyon entame une série de réflexions autour de la vie nocturne pour contribuer à son rayonnement touristique.

Parent pauvre, il y a quelques années en arrière, la vie nocturne va-t-elle devenir un facteur d'attractivité pour Lyon ? Jeudi, la ville a indiqué que des mesures pourraient être annoncées en juin prochain, après l'examen de plusieurs propositions par le comité de pilotage de la vie nocturne (qui rassemble, élus, professionnels, services de l'État et habitants).

Charte de la vie nocturne

Depuis 2006, Lyon a mis en place une charte de la vie nocturne qui permet de labelliser les établissements de nuit les plus respectueux des normes, de la prévention des risques, de la sécurité et du voisinage. 120 établissements sur 300 sont aujourd'hui labellisés.

« Il y a eu une prise de conscience de notre rôle économique. La nuit doit être vue comme un vrai facteur d'attractivité touristique » indique Pierre Chambon, président de l'UMIH-Nuit, le syndicat qui rassemble les professionnels du secteur. « Le défi c'est qu'aucune ville en France ne sait vendre sa nuit, contrairement à Berlin par exemple qui en a fait un de ses piliers touristiques ».

Application et nuit blanche

Encore très loin des capitales européennes de la nuit Lyon veut donc aller plus loin, dans le cadre de sa charte. Une application spécialement dédiée à la vie nocturne pourrait voir le jour avec l'office du tourisme. Un chèque taxi, sous forme numérique, est envisagé pour permettre aux noctambules de rentrer chez eux, tout comme de nouvelles autorisations d'ouverture tardive en lien avec de grands évènements organisés sur l'agglomération.

L'organisation d'un « city night break », une forme de nuit blanche qui pourrait être organisée avec des commerces, des musées et acteurs culturels. « Il y a des demandes en ce sens. Nous pourrions envisager une mutualisation pour créer un grand évènement nocturne », précise Fouziya Bouzerda, adjointe au maire de Lyon déléguée au commerce, à l'artisanat et au développement économique.

Les entreprises de la nuit représentent environ 3 000 emplois directs et indirects à Lyon, selon les estimations de l'UMIH-Nuit. Mais aucune donnée sur le chiffre d'affaires du secteur n'est disponible à ce jour.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/03/2015 à 16:55 :
L'association n'a pas été avertie de ce "comité de pilotage" qui rassemble paraît-il les habitants. Pourtant l'association représente les habitants du Vieux-Lyon. Nous faisons aussi partie maintenant de : "vivre-la-ville", réseau national et européen qui s'est constitué suite aux débordements que beaucoup de villes supportent : Londres, Genève, Madrid, Barcelone, Lisbonne et des villes de France dont Strasbourg, évidemment Paris, Toulouse, Nantes... Lille vient de réduire les horaires de fermeture des bars. Berlin (3 millions 500 000 habitants) a installé ses énormes boîtes de nuit, bars dans des usines désaffectées de l'ancienne Allemagne de l'Est, Londres (8 millions 300 000 habitants) 23 h 30 fermeture des pubs ! les boîtes fermeture vers 3 h ! Genève une nouvelle loi : fermeture dimanche au lundi 1 h, du jeudi au samedi 2 h et 4 h uniquement le week-end et sur demande. Un commissaire, en cas de gros problèmes, pourra fermer la boîte dans l'immédiat. Les Maires sont tenus en France d'assurer la jouissance paisible de leurs appartements aux citoyens. La santé : alcoolisation massive, dépression à cause d'insomnie chez les habitants...cela a un coût pour la société.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :