Fête des Lumières : le jackpot pour l'économie locale

 |   |  515  mots
(Crédits : F.Guignard-Perret/Ville de Lyon)
La fête des Lumières édition 2014 démarre ce vendredi à Lyon. Pour l'économie locale, les retombées de l'évènement ne sont pas négligeables.

Lyon donne ce vendredi le coup d'envoi de la fête des Lumières. Le chiffre global de 4 millions de visiteurs annoncé, sur les quatre jours de l'évènement, reste sujet à caution, tant la variété des flux et la densité de la foule déambulant chaque soir, limitent les possibilités de mesures précises. Mais certains indicateurs demeurent néanmoins impressionnants. "Cette fête rapporte à l'économie locale", affirme Jean-François Zuravick, directeur des évènements de la ville de Lyon.

Les hôtels premiers bénéficiaires

En 2013, l'Office du Tourisme de Lyon enregistrait près de 60 000 visites dans son pavillon de la place Bellecour soit 30 % de la fréquentation annuelle réalisée sur quatre jours. Toujours la même année près de 500 cars de tourisme ont été comptabilisés. De son côté, la SNCF avait enregistré 16 500 trajets supplémentaires par rapport à un week-end normal. 6,5 millions de passagers pour les transports en commun lyonnais.

L'hôtellerie reste la principale bénéficiaire des festivités avec des statistiques pour le coup très précises. La CCI de Lyon avait ainsi relevé en 2013 une hausse du nombre de nuitées de 12,5 % en comparaison avec 2012. Le taux d'occupation des établissements se situait alors à 83 % dans l'ensemble de l'agglomération, soit 3,9 % de plus qu'en 2012.
La moyenne se situant à l'année autour de 64 %. Cela ne représente toutefois que la partie émergée de l'iceberg, car 70 % des visiteurs interrogés précisent qu'ils logent chez de la famille lorsqu'ils viennent à Lyon pour la fête des Lumières.

Fêtes des Lumières

Chinese corner, édition 2013 (Crédit photo : Frédéric Guignard-Perret/Ville de Lyon)

Les restaurateurs multiplient leur chiffre d'affaires par quatre durant cette période.
Une étude menée par des élèves de l'EMLYON a révélé que les distributeurs automatiques de banques situés rue de la République débitaient quatre fois plus d'argent que sur des week-ends des fêtes de fin d'années. Du côté des commerçants, il n'existe pas de baromètre, pour le commerce de détail, mais le centre de la Part Dieu a relevé des affluences en moyenne supérieure de +8 et + 10 %. "En 2012, le 8 décembre nous avions même réalisé notre record de fréquentation en une journée avec 183 462 visiteurs, et environ 900 000 sur la même semaine", ajoute le directeur du centre commercial.

Une vitrine internationale

Le budget des festivités est évalué à 2,6 millions d'euros dont la moitié est portée par les 69 partenaires privés et institutionnels. "Ils ont la possibilité de faire un don en numéraire, un apport en compétence ou matériel ou encore de financer intégralement une œuvre", rappelle George Képénékian adjoint au maire de Lyon en charge de la culture.

La fête des Lumières représente également une formidable vitrine internationale pour la ville qui a commencé à monnayer son savoir-faire dans le secteur de la lumière. 150 personnes représentant 25 nations sont attendues avec des délégations de Sydney, Moscou, Stockholm, Riga ou Wroclaw.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/12/2014 à 11:08 :
Un auteur du siècle dernier parlait de "Lyon, son visage et son âme"....
a écrit le 05/12/2014 à 21:20 :
La cuvée 2014 est bien moyenne pour que le jackpot continue il faudra une prtite remise à niveau ....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :