Dubaï fait briller l'expertise lyonnaise

 |   |  319  mots
Visuel d'une des installations présentées à Dubaï jusqu'au 29 mars
Visuel d'une des installations présentées à Dubaï jusqu'au 29 mars (Crédits : Only lyon)
Nous sommes à neuf mois de la prochaine fête des Lumières de Lyon, en attendant c’est à Dubaï, dans le golfe persique, que le savoir-faire lyonnais en la matière rayonne.

Depuis jeudi et jusqu'au 29 mars, la capitale des Emirats Arabes Unis organise son premier festival des Lumières, (Dubaï festival of lights) dans le quartier de « Downtown Dubaï ». Un périmètre de 2 km2 qui englobe la célèbre tour Burdj Dubaï, la plus haute du monde. Une trentaine d'installations lumineuses ont été positionnées dans ce quartier.

Expertise lyonnaise

C'est le groupe Emaar, promoteur émirati, qui a lancé ce nouveau festival, le premier du genre dans le golfe, habitué plutôt à de grands shows. En 2013 Emaar avait sollicité la ville de Lyon et l'équipe de la Fête des Lumières pour un partenariat. « Ils voulaient un savoir-faire spécifique dans le cadre d'une déambulation. Nous amenons notre expertise pour installer des projets à taille humaine. C'est aussi un accélérateur projets des créateurs » précise Jean-François Zurawik, directeur des évènements à la ville de Lyon.

Pour le festival de Dubaï, il a puisé dans le réservoir des œuvres lumineuses déjà réalisées lors de précédentes éditions de la fête des Lumières. Mais certains n'avaient pas pu voir le jour à Lyon, faute de budget suffisant et pourraient bien figurer en retour au programme de l'édition 2014 à Lyon. Parmi les 30 installations une dizaine ont été conçues par des artistes lyonnais.

Opportunités pour de futurs marchés

En échange de l'expertise lyonnaise, Dubaï a cofinancé l'an dernier, l'installation de Jean-Charles de Castelbajac dans la cour de l'Hôtel de ville. « Pour conserver notre leadership en la matière, on est obligé de trouver de nouveaux partenaires solides » souligne Jean-François Zurawik. Ce partenariat Lyon-Dubaï a été validé pour les trois prochaines années; une belle vitrine pour Lyon et indirectement pour les industriels français de la lumière, une opportunité d'approcher de nouveaux marchés, dans la perspective de futurs contrats pour l'expo universelle Dubaï 2020.

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :