Cinéma : le festival de Clermont-Ferrand, l'autre "Cannes"

 |   |  731  mots
La cérémonie d'ouverture du festival lors de l'édition 2015.
La cérémonie d'ouverture du festival lors de l'édition 2015. (Crédits : Sauve qui peut le court métrage)
La 38e édition du Festival international du court-métrage se déroule à Clermont-Ferrand, du 5 au 13 février. Avec 160 000 entrées, cette manifestation cinématographique est la plus fréquentée en France, après le festival de Cannes. En parallèle des projections, les 3 000 professionnels attendus en profiteront pour faire leur "marché", durant lequel on enregistre un volume d'affaires de 800 000 euros en moyenne.

La passion pour les courts-métrages d'une poignée d'étudiants en 1979 a concrétisé aux pieds des volcans d'Auvergne l'un des plus importants Festival de court-métrage au monde. Un festival qui fête aujourd'hui sa 28e édition nationale, sa 38e édition internationale et la 18e édition du Labo.

Les deux premières compétitions offrent un large panorama de la création tant pour l'animation, les documentaires, les comédies que les films de genre. Le Labo permet quant à lui d'explorer des modes de narration cinématographiques expérimentaux.

Le Festival le plus fréquenté après Cannes

L'an dernier, le Festival a comptabilisé près de 160 000 entrées, ce qui en fait, après Cannes, la manifestation de cinéma la plus fréquentée de France. C'est aussi le plus important rendez-vous mondial consacré aux films de court-métrage (moins de 60 minutes). Plus de 3 000 professionnels français et étrangers sont attendus cette année. Le jury international regroupe différents et assure la richesse du palmarès.

Le rayonnement artistique du festival clermontois se diffuse dans les plus grands festivals mondiaux, comme en témoigne la liste des nommés aux Césars 2016. Philippe Faucon fait partie du jury national à Clermont, et son le long-métrage Fatima est nommé 4 fois. Sur l'ensemble des films nommés pour le César du meilleur film d'animation, un a été sélectionné lors de l'édition 2014 du festival de Clermont, les autres faisant partie de la sélection 2016.

Un marché du film incontournable

Parallèlement au Festival, Clermont-Ferrand accueille aussi un marché du Film court, lieu d'échanges privilégiés des représentants de tous les secteurs du court-métrage mondial. Unique en son genre, il réunit une quarantaine de pays exposants. Cette année, 7 159 films sont mis à disposition via la vidéothèque du marché.

Une étude datant 2011 évaluait le volume d'affaires traitées à 800 000 euros pendant la semaine, "mais les résultats que nous pouvons obtenir auprès des exposants ne sont pas fiables", précise Anne Parent, responsables Marché.

"Les professionnels n'aiment pas divulguer de chiffres, ils préfèrent rester discrets."

Marché du film clermont ferrand

Du 6 au 11 février, 1 000 m2 d'exposition accueillent 105 sociétés exposantes, des agences nationales du court-métrage, plus d'une centaine de sociétés venues de 30 pays et des réseaux de production et de distribution, ainsi que l'industrie technique.

"Ils présentent leur catalogue, nouent des contacts, préparent leurs prochaines productions."

Le Marché, ce sont 20 forums et 30 conférences qui dynamisent les transactions. Parmi le grand nombre de rencontres professionnelles qui se tiendront tout au long de la semaine, la 8e édition d'Euro Connection, forum initié par Clermont-Ferrand, est devenu en quelques années le rendez-vous de la coproduction pour le court-métrage en Europe.

État d'urgence et confrontation pacifique

Au delà des zones réservés aux projections officielles, toute la ville de Clermont-Ferrand foisonne d'activités off et on autour du film court. Toutes les salles obscures du centre-ville sont mises à contribution, dans un contexte particulier :

"Pour la deuxième année consécutive, le festival va se dérouler dans un contexte particulier. En 2015, c'était plan vigipirate renforcé, 2016, c'est l'état d'urgence" constate Jean-Claude Saurel, président de "Sauve qui peut le court-métrage".

Mais le festival, à l'instar d'autres manifestations culturelles, devrait contribuer à lutter contre l'obscurantisme et à la découverte de l'autre  :

"Cette 38e édition, comme les précédentes, accueille des réalisateurs du monde entier, une véritable pépinière de jeunes talents qui, dans l'effervescence de cette semaine intense, vont se confronter au public. Cette confrontation pacifique est une source d'enrichissement spirituel et relationnel pour les générations actuelles et futures de cinéphiles."

Les 3 jurys :

La compétition internationale

  • Arta Dobroshi, actrice, productrice du Kosovo / États-Unis
  • JH Engström, photographe, Suède
  • Paz Fábrega, réalisatrice, scénariste, productrice Costa Rica
  • Riccardo Guasco, peintre, illustrateur, Italie
  • Patrick Wang, réalisateur, acteur, scénariste, producteur, écrivain, États-Unis

La compétition Labo

  • Cascadeur, auteur, compositeur, interprète, France
  • Kleber Mendonça Filho, réalisateur, monteur son, producteur, Brésil
  • Eileen Hofer, réalisatrice, journaliste, photographe, Suisse

La compétition nationale

  • Leyla Bouzid, réalisatrice, scénariste, Tunisie, France
  • Guillaume Brac, réalisateur, producteur, France
  • Émilie Brisavoine, réalisatrice, comédienne, France
  • Philippe Faucon, réalisateur, scénariste, producteur, France
  • Dom La Nena, chanteuse, musicienne, compositrice

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :