Et si la Banque de France disparaissait ?

 |   |  1994  mots
(Crédits : Laurent Cerino / REA)
Annoncé au sein de la Banque de France à l’automne dernier, un nouveau plan social – le quatrième en quinze ans – vise à supprimer des postes pour atteindre un effectif de 9 800 agents d’ici deux ans, contre 11 690 en 2016. Cette restructuration, dénoncée par les organisations syndicales, s’inscrit dans un contexte de changement inédit pour l’institution. Au point de faire resurgir une interrogation qui a accompagné chaque tournant de son histoire : quel est l’intérêt de la BDF ? Et si, demain, elle devait disparaître, quelles en seraient les conséquences ? Ses compétences seraient-elles récupérées par le secteur privé ?

À plus d'un titre, la Banque de France tient du paradoxe. De nombreux Français connaissent son existence, mais peu sont capables de détailler son rôle. À l'origine privée, puis nationalisée,...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :