CNR  : une sortie de crise en bonne voie

 |   |  726  mots
(Crédits : Reuters)
La CGT qui avait déclenché le mouvement de protestation fin septembre se déclare plutôt satisfaite du document proposé par le médiateur désigné par le préfet de région, fin novembre. Ce "relevé de conclusions", appelé à amender le projet de réorganisation, doit être signé par les différentes organisations syndicales et la direction avant d'être transmis au secrétaire d'Etat chargé des transports.

"C'est une sortie de conflit honorable", estime Hervé Laydier secrétaire CGT du Comité central d'entreprise de la Compagnie Nationale du Rhône (CNR). Le mouvement revendicatif a été déclenché le 29 septembre dernier par ce syndicat majoritaire en réaction au projet de réorganisation de la CNR tel qu'initialement présenté par Elisabeth Ayrault, présidente du directoire. Le préfet de région, Michel Delpuech, avait conditionné la désignation d'un médiateur à l'arrêt du blocage des écluses, intervenu à plusieurs reprises.

CCE du 16 décembre

La mission de médiation confiée, fin novembre, à Philippe Dhenin, ingénieur des Ponts et Chaussées et ancien dg adjoint à la région Rhône-Alpes, s'achèvera le 8 décembre. La dernière réunion avec les instances syndicales et la direction s'est tenue lundi soir. Elle a abouti à un "relevé de conclusions" qui doit maintenant être signé par les différentes parties d'ici à jeudi soir.

Le document sera alors transmis à Alain Vidalies, secrétaire d'Etat chargé des transports. Ce calendrier a été contraint pour tenir le rendez-vous du CCE de la CNR convoqué le 16 décembre prochain à Lyon et devant rendre son avis sur le projet de nouvelle organisation.

Référent local

"Dans un processus de négociation il faut toujours faire des concessions", reconnaît Hervé Laydier. "Globalement nous sommes assez satisfaits".

Reste maintenant à connaître la réaction des équipes de terrain au sein des quatre directions régionales. La réorganisation s'articule autour d'une centralisation des fonctions dites support et de maintenance. Au niveau des fonctions support, une avancée qualifiée d'importante porte sur "la nomination d'un référent local chargé de réguler les activités. Et nous sommes contents", dit Hervé Laydier. Il admet que les "directions locales ont tendance à se comporter comme des petites baronnie prenant parfois des décisions n'allant pas toutes dans le sens de l'intérêt général".

La maintenance

Quant au sujet sensible de la maintenance des ouvrages, le document issu de la médiation apporte un certain nombre de garanties aux dires du secrétaire du CCE. Il est ainsi proposé, entre autres, qu' "en cas de crues ou avaries, les directions locales pourront reprendre la main. Et les cadres locaux pourront participer au comité de direction". Par ailleurs "le nombre des agents sera maintenu à 125 alors que la mouture d'origine le ramenait à...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :