La CNR ne rognera pas ses missions d’intérêt général

 |   |  604  mots
(Crédits : CNR)
Elisabeth Ayrault, présidente du directoire de la CNR, a dévoilé les grandes orientations du 3e plan qui financera pour 160 millions de missions d'intérêt général sur la période 2014/2018. Encore très rentable, la compagnie a dégagé un bénéfice net de 211 millions en 2013.

 « Le Rhône ne nous appartient pas. C'est un bien public et nous en tirons une richesse que nous voulions partager avec les territoires traversés par le fleuve. Mais il n'y a pas d'obligation « , a d'emblée rappelé Elisabeth Ayrault, présidente du directoire de la Compagnie nationale du Rhône (CNR), en présentant ce jeudi le 3ème plan « Missions d'intérêt général » pour la période 2014/2018.

500 actions d'aménagements

Lors des deux précédents programmes, la compagnie, concessionnaire du fleuve, et premier producteur tricolore d'électricité hydraulique, a investi à ce titre, 286 millions d'euros répartis sur 500 actions d'aménagements divers au profit de onze départements. Au cours des cinq prochaines années, 160 millions d'euros supplémentaires seront injectés dans les MIG (missions d'intérêt général). « Nous serons dans la continuité de la décennie passée avec toutefois des inflexions et actions nouvelles », a t'elle précisé. L'innovation et l'emploi, contexte oblige, seront ainsi au cœur du plan quinquennal qui s'ouvre. « Nous allons recourir à des indicateurs pour mieux tracer l'impact sur l'emploi des travaux au financement desquels nous contribuons», a détaillé Elisabeth Ayrault. Et de citer la ZAC de Salaise Sablons (Isère), 300 hectares et 2000 emplois en perspective.

 Un corridor électrique

Pour accompagner la mobilité durable, la CNR annonce l'installation, d'ici à fin 2015, d'une première tranche de 20 stations de recharge rapide pour les véhicules électriques, à 30 minutes les unes des autres, le long de la Vallée du Rhône. Elles seront alimentées avec l'énergie verte du fleuve. Le choix des implantations s'effectue en concertation avec les élus locaux, et à proximité par exemple d'un lieu à visiter ou offrant la possibilité de se restaurer. Dans le même domaine, la CNR travaille à la mise en place d'une expérimentation de navettes fluviales électriques, à Lyon.

La navigation reste prioritaire. « Il va falloir se battre encore plus pour que le trafic se développe sur le Rhône. C'est un transport d'avenir pour desservir les nombreuses zones d'activités situées le long du fleuve », a martelé Michel Margnes, président du conseil de surveillance de la CNR. Un propos partagé par Jean-François Carenco, le Préfet. « Le potentiel est grand. Mais les bateaux de plus de 135 mètres ne circulent pas au-delà de Pagny », en Côte d'Or, a regretté la présidente du directoire. « On pourrait faire un canal Rhône-Moselle pour relancer le projet d'une liaison fluviale avec les pays du Nord ». C'était la vieille ambition du canal à grand gabarit Rhin-Rhône définitivement abandonnée en 1997.

Le projet de loi

Aujourd'hui, l'actualité c'est la future loi sur la transition énergétique et l'appel lancé par 75 élus pour que le statut unique de la CNR (détenue à 50,03 % par le public et 49,97 % par GDF/Suez) soit sanctuarisé dans ce texte. Ce n'est pas encore le cas dans le projet de loi présenté le 18 juin en conseil des ministres. « J'ai confiance dans les parlementaires », a confié Elisabeth Ayrault. En attendant, la CNR, forte de 1361 collaborateurs, a présenté une nouvelle fois de très bons résultats, en 2013.

Elle a dégagé 211 millions d'euros de bénéfice net après avoir versé aux pouvoirs publics 212 millions d'impôts et taxes et une redevance hydraulique de 185,6 millions. Son chiffre d'affaires s'est établi à 1,344 milliard dont 841,1 millions provenant de la vente nette d'électricité. Toutefois, la présidente du directoire anticipe une moindre rentabilité dans le futur du fait d'une tendance à la baisse des prix européens de l'électricité et d'une pluviométrie de plus en plus  capricieuse.  

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :