Musée des tissus  : le médiateur remettra son pré-rapport en juin

 |   |  615  mots
L’État suivi de la métropole de Lyon, de la ville de Lyon et de la région Auvergne Rhône-Alpes ont débloqué au total une enveloppe globale de 750.000 euros en 2016. Mais l'avenir du musée des n'est pas assuré.
L’État suivi de la métropole de Lyon, de la ville de Lyon et de la région Auvergne Rhône-Alpes ont débloqué au total une enveloppe globale de 750.000 euros en 2016. Mais l'avenir du musée des n'est pas assuré. (Crédits : Only Lyon)
Thierry Leroy chargé de cette mission par Audrey Azoulay, la ministre de la culture, a pour rôle de proposer des pistes pour la future gouvernance de cette institution. Pour ce faire il doit trouver un dénominateur commun entre les différents partenaires.

Le musée des tissus et des arts décoratifs de Lyon, c'est l'histoire du verre à moitié plein ou à moitié vide.

"Il est bien géré tant au niveau artistique que financier. Mais arrivera-t-on à sortir de la situation de blocage qui tient aux positions des uns et des autres ? Je n'en suis pas sûr", s'interroge Thierry Leroy, le médiateur nommé par Audrey Azoulay, ministre de la Culture et de la communication.

Le médiateur doit identifier des hypothèses de solutions pour l'avenir de cette institution. "Il y a avis d'urgence", a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse, à la préfecture du Rhône, ce lundi.

Lire aussi : Le musée des Tissus est sauvé...pour 2016

Sa lettre de mission a été signée le 9 mai et l'ex-conseiller d'État, doit remettre son pré rapport dans moins d'un mois.

L'AG du 27 juin

Le calendrier est imposé par la CCI Lyon Métropole, gestionnaire historique de l'établissement, qui tiendra sa prochaine assemblée générale le 27 juin prochain. Ce jour-là, Emmanuel Imberton, président de la chambre de commerce et d'industrie, présentera aux élus consulaires ce qu'il qualifie de "point d'étape".

Au regard de l'avancée ou non du dossier, il a confirmé, début mai, sa menace...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/05/2016 à 15:26 :
Nos gouvernants sauraient-ils définir la mission du médiateur, pour nommer sous cette appellation des facilitateurs ou conciliateurs chargés de donner un avis :
Ici le rôle du médiateur est décrit comme le suivant "Le médiateur doit identifier des hypothèses de solutions pour l'avenir de cette institution."
Or rendre un avis n'est en aucun cas la mission d'un médiateur formé au processus de médiation, sauf à remettre en question sa neutralité.
Et de neutralité il n'en est pas question non plus dans cette nomination par le ministre de la Culture, qui choisit un pair, issu du du sérail.
Le médiateur professionnel est un expert de la relation neutre, indépendant, impartial , qui garantit le cadre du processus de médiation qu'il conduit entre deux personnes morales ou physiques, en confidentialité et dans le respect de la volonté et liberté de ces personnes.
Dommage que nos gouvernants et pouvoirs publics ne recourent pas à des professionnels de la médiation, formés et expérimentés, le dialogue social pourrait enfin devenir une réalité!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :