Dronestagram sur orbite

 |   |  423  mots
« Un million de personnes font du drone dans le monde », indique Eric Dupin, fondateur de Dronestagram
« Un million de personnes font du drone dans le monde », indique Eric Dupin, fondateur de Dronestagram (Crédits : © Capungaero / Dronestagram)
La plateforme d'hébergement de photos et vidéos prises par des drones connaît une croissance florissante. Si bien que pour répondre aux attentes, son fondateur, Eric Dupin, prépare une levée de fonds d'un million d'euros.

Le buzz, Dronestagram l'a connu cet été avec la photo d'un aigle prise par un drone dans le ciel de Bali. Plus de 90 000 vues ont été enregistrées sur la plateforme Dronestagram.  « Sans compter le nombre de fois où elle a été reprise sur les sites internet, les réseaux sociaux et dans les médias », précise Eric Dupin, fondateur du site en juillet 2013. Depuis, les photos et vidéos prises par des drones civils et mises en ligne sur sa plateforme n'a pas fléchi. Le concept séduit et l'audience suit.

En moyenne, 300 000 pages sont vues par mois avec un pic à un million en juillet dernier. Des chiffres élevés résultat d'une couverture médiatique mondiale forte mais également d'un intérêt grandissant du public pour l'utilisation des drones.

« L'idée n'est certainement pas révolutionnaire, mais apparemment, créer un site de partage de photos aériennes prises par drone, cela n'existait pas encore, en tout cas pas sous cette forme », souligne le fondateur Lyonnais sur son blog Presse-Citron, spécialisé dans les technologies.

Une levée de fonds d'un million d'euros

Dronestagram a été développé à Lyon et l'est toujours. Une première levée de fonds réalisée en love money avait permis de réunir 100 000 euros. Mais face à la croissance de la plateforme, Eric Dupin s'affaire à réaliser un second tour de table auprès d'investisseurs privés. Des discussions avec des Français et Américains sont en cours et pourraient déboucher, d'ici à la fin de l'année, sur une levée de fonds d'un million d'euros. Une somme qui permettrait à la fois de « renforcer le marketing et la publicité pour nous faire connaître au plus grand nombre, développer la plateforme, lancer des applications, créer notre propre infrastructure de serveur pour héberger les vidéos ». Trois personnes seront également embauchées.

S'il lève de l'argent aux Etats-Unis, Eric Dupin réfléchit par ailleurs à l'ouverture d'un bureau à « New York ou San Francisco ».

Place de marché

Parallèlement, le bloggeur et chef d'entreprise affine encore le modèle économique du site.

« L'objectif est d'abord de constituer une large audience, qualifiée. Fin 2015, nous aimerions atteindre 100 000 vidéos et photos en ligne et enregistrer 50 000 membres.»

Mais rapidement, Dronestagram pourrait développer une place de marché sur laquelle, les photographes vendraient photos et vidéos. L'idée de mener des partenariats avec des marques est aussi à l'étude avec des pages dédiées et publicités ciblées.



Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/10/2014 à 19:55 :
Ben oui affiner un Business Model ... va etre difficile. On voit deja que Twitter s'en sort deja mal, malgre son positionnement avec un nombre massif d'utilisateur.
a écrit le 31/10/2014 à 19:55 :
Ben oui affiner un Business Model ... va etre difficile. On voit deja que Twitter s'en sort deja mal, malgre son positionnement avec un nombre massif d'utilisateur.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :