[Initiatives 3/5] Fanny Auber, l'affable

 |   |  394  mots
Fanny Auber entourée de bénévoles.
Fanny Auber entourée de bénévoles. (Crédits : Laurent Cerino / ADE)
Tout l'été Acteurs de l'économie-La Tribune vous propose une série d'initiatives menées par des acteurs engagés, qui portent un regard différents et bousculent leur domaine. Cette semaine, portrait de Fanny Auber, responsable de l'antenne lyonnaise de Singa.

La question des réfugiés et des migrants ne cesse d'alimenter le débat avec plus ou moins de passion et de stéréotypes véhiculés, si bien que depuis 2011, le mouvement citoyen Singa a fait le choix de répondre à cette problématique en sensibilisant les publics par la volonté de créer du lien entre les individus. Une démarche devant mettre fin à la stigmatisation du "réfugié". D'ailleurs, le mot est banni de leur vocabulaire. « Ce sont des personnes avant tout », préfère souligner Fanny Auber, responsable de l'antenne lyonnaise, qui a vu le jour au début de l'année 2016. Singa est ainsi un tisseur de lien entre des populations françaises et réfugiées, et ne se considère pas comme une structure d'accompagnement.

"Notre mission est à la fois d'informer, pour que le regard change, et montrer que ces personnes ne sont pas un poids pour la société, mais un atout. De connecter les populations autour d'une passion, d'un métier, d'un projet entrepreneurial. Enfin, d'innover en cherchant des solutions pour améliorer l'accueil des personnes réfugiées, impliquant la société civile."

Porter un message

À Lyon, l'association regroupe une communauté de 1 300 membres dont 450 personnes...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :