CES 2021 : ces pépites auralpines qui composent la délégation régionale

 |  | 1172 mots
Lecture 6 min.
Habituellement, la grande messe de l'électronique grand public rassemble quelques 4.500 exposants issus de 150 pays et 200.000 visiteurs annuels au coeur du Nevada. Mais cette année, les rencontres et expositions se dérouleront en format digital.
Habituellement, la grande messe de l'électronique grand public rassemble quelques 4.500 exposants issus de 150 pays et 200.000 visiteurs annuels au coeur du Nevada. Mais cette année, les rencontres et expositions se dérouleront en format digital. (Crédits : La Tribune / Mikaël Lozano)
Alors que le coup d’envoi du CES de Las Vegas est donné ce lundi matin en version digitale, c’est une délégation auralpine d’une quinzaine de startups qui sera finalement présente sur la Toile. Légèrement réduite comparé à l’année précédente, on y retrouvera toutefois plusieurs jeunes pousses qui ont déjà fait parler d’elles. Mais aussi, une montée en puissance de certains territoires comme Grenoble ou Valence, qui s’affichent comme deux terreaux de deeptechs.

Il se tient depuis 1967 à Las Vegas et n'a pas choisi cette année de baisser les bras. Faute de pouvoir réunir au cœur du Nevada ses quelques 4.500 exposants issus de 150 pays et ses 200.000 visiteurs annuels, le Consumer Electronics Show (CES) se tient cette année en format digital, à compter de ce lundi.

Même si la délégation française de cette grande mecque de l'électronique grand public devrait être légèrement moins fournie en 2021 -avec 113 jeunes pousses contre 130 l'an dernier-, les startups hexagonales seront bel et bien présentes pour ce grand-rendez-vous. Avec toujours, le même objectif de présenter leurs produits et services innovants aux investisseurs des quatre coins de la planète.

Et cette année, la Région Auvergne Rhône-Alpes et son partenaire Minalogic ont retenu une quinzaine de startups au sein de leur délégation régionale, un chiffre légèrement en baisse comparé à l'an dernier (elles étaient 29 en 2020). Mais elles comptent bien représenter les couleurs de l'écosystème auralpin, qui pourrait encore cette année encore faire émerger de belles pépites, au sein de plusieurs secteurs. Avec au menu, plusieurs domaines fortement accélérés par la pandémie mondiale : énergie, santé, mais aussi solutions numériques (traitement des datas et plateformes de digitalisation, etc)...

Même si Minalogic et la Région ont tenu à garder la primeur...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :