Cenntro Motors France  : liquidation repoussée de 24 heures

 |   |  473  mots
(Crédits : Laurent Cerino/ADE)
La liquidation judiciaire de Cenntro Motors France ne fait aucun doute mais sera t'elle assortie d'une poursuite d'activité ? La demande a été faite par l'administrateur judiciaire pour donner le temps à Magnum Gmbh, un groupe allemand de finaliser son offre, de dernière minute, proposant de conserver 50 emplois sur 382.

Le tribunal de commerce de Lyon a mis en délibéré jusqu'à vendredi, 16 heures, sa décision dans le dossier Cenntro Motors France qui emploie 382 salariés. La liquidation judiciaire est inévitable mais sera t'elle assortie d'une poursuite de l'activité, jusqu'au 12 novembre ? Cette prolongation a été demandée par Robert-Louis Meynet, l'administrateur judiciaire, et Charles Croze, l'avocat de l'entreprise, lors de l'audience de ce jeudi. En revanche, Jean-Philippe Reverdy (le mandataire judiciaire et futur liquidateur), Frédéric Dubernet (l'avocat des AGS-Régime de garantie des salaires) se sont prononcés contre. Une position partagée par le juge commissaire et le procureur de la République, selon des sources concordantes.

Expertise judiciaire ?

Les délégués syndicaux, eux, ont refusé de donner leur avis renvoyant aux organes de la procédure, la responsabilité de la décision. Et le comité d'entreprise, par la voix de Delphine Meillet (du cabinet d'avocats Fiodor Rilov) a sollicité auprès des juges la nomination d'un expert judiciaire pour lever les zones d'ombre dans ce dossier à rebondissements qui a mobilisé beaucoup de fonds publics. Il semblerait d'ailleurs que sans cette requête du CE, la juridiction aurait prononcé d'emblée la liquidation judiciaire, selon un observateur averti. Ce qui laisserait donc supposer une certaine perplexité eu égard aux deux marques d'intérêt de dernière minute manifestées le 28 octobre.

Magnum Gmbh repreneur potentiel

ElecSys (sous-traitant de Cenntro Motors) n'aurait pas la surface financière nécessaire. Quant à Magnum Gmbh, son offre concernant 50 emplois et portant sur les deux lignes de produits, à savoir les véhicules industriels et les filtres d'assainissement des eaux, laisserait planer des doutes. Certains pensent que seule la deuxième activité entrerait dans le champ de cette entreprise, surtout spécialisée dans la détection de fuite de produits. Ce que conteste Jérôme Clerc, l'avocat du groupe germanique : « ce sont des acteurs de la mobilité électrique. Il fabrique des piles à combustion. Et Magnum a eu un volant d'affaires avec Cenntro Motors ». Toutefois, ce dernier n'a pas souhaité donner d'informations économiques sur Magnum.

Une facture de 12 à 13 millions pour les AGS ?

Cenntro Motors France a été placé en redressement judiciaire le 30 avril 2015 un peu moins de dix mois après la reprise par l'industriel sino-américain Cenntro Motors Group de SITL, à la barre du tribunal de commerce (18 juin 2014). SITL s'était lui-même substitué à Fagor-Brandt, pour réindustrialiser l'ancien site dédié aux lave-linge. Depuis deux ans, cette usine est pratiquement à l'arrêt et une large majorité des salariés est au chômage partiel (coût : 3,5 millions depuis le 18 juin 2014). Chaque jour qui passe creuse davantage le passif de Cenntro Motors France (estimé autour de 5 millions). Pour les AGS, la facture totale avoisinera les 12 ou 13 millions d'euros, dans l'éventualité du licenciement de la totalité des effectifs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/10/2015 à 14:23 :
oui enfin des boites qui passent du frigo machine a laver a la voiture electrique, ca me rappelle autre chose!!!!!
combien ont mis les collectivites locales dans heuliez et pour quel resultat, je ne me souviens plus bien?
a écrit le 29/10/2015 à 20:44 :
Les syndicats sont d'une parfaite mauvaise foi, , les fonds publics ont été surtout les sommes importantes versés par l'Etat pour leur assurer depuis deux ans des salaires alors qu'ils ne travaillaient pas à l'usine, étaient censés se former, mais le faisaient si peu car bon nombre de ces heureux bénéficiaires de la manne des contribuables, avait - le dit on - d'autres occupations pas vraiment officielles et donc peu de temps;
Les entrepreneurs SITL ont levé des fonds privés pour réalisé tous les développements industriels sans bénéficier de fonds public. Fagor Brand via la sous traitance de la fabrication des Machines à Laver, assurait la couverture jusqu'à la faillite de Fagor Brandt et la vente de la chaîne de fabrication des machines à laver de Lyon à Cevital..
SITL a du déposer ne pouvant plus assurer les salaires, d'un effectif redondant depuis 1992, date de la cession par le groupe nationalisé à Elfi - Groupe Italien. (23 ans de sursis tout de même).
Des sommes importantes ont été brûlées en formation par SITL, qui n'est jamais parvenu à former plus que quelques individus aux nouvelles technologie les autres montrant une réticence très forte à l'égard de l'évolution.
Cenntro n'a pas brûlé de fonds publics mais a perdu en un an environ 12 M€.
Le dépôt de bilan visait à obtenir un ajustement de l'entreprise à ses nouvelles activités.
C'est clairement les syndicats qui sont les bénéficiaires des fonds publics brûlés en pure perte pour couvrir des salaires.
Leur recherche de mise en cause des entrepreneurs qu'ils ont contribué à enfoncer au maximum est une pure indécence et une façon de gagner du temps, et quelques subventions supplémentaires.
Il n'est pas étonnant qu'en France de tels syndicats, destructeurs d'entreprise soient encore légaux

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :