Hospices civils de Lyon : un bénéfice réinvesti dans les services

 |   |  363  mots
(Crédits : DR)
Après des années déficitaires entre 2008 et 2016 sur la partie uniquement hospitalière, les Hospices civils de Lyon (HCL) publient ce jour des résultats financiers excédentaires pour la seconde année consécutive.

Après la clôture de l'exercice 2018, les Hospices civils de Lyon affichent un résultat d'exploitation excédentaire de 5,3 millions d'euros, sur un budget de 1,84 milliard d'euros (soit 0,3% des produits). Si le bénéfice reste inférieur à celui réalisé en 2017, qui s'élevait alors à 7,6 millions d'euros, il sera, comme l'année dernière, réinvesti directement dans les activités hospitalières, comme l'année dernière.

Amélioration des conditions de travail

Cet excédent sera destiné à "améliorer les conditions de travail et de prise en charge" tout en donnant "de la souplesse au fonctionnement quotidien" selon Catherine Geindre, directrice générale des HCL. Seront notamment concernés : le soutien et développement des activités médicales (1,5 million d'euros), l'achat d'équipements médicaux et hôteliers (1 million d'euros), le financement des heures supplémentaires pour pallier les absences de personnels (1 million d'euros), le financement des travaux courants (400 000 euros), le soutien aux jeunes chercheurs (400 000 euros).

Par ailleurs, un appel à projets pour améliorer la qualité de vie au travail sera lancé et devra accompagner de nouvelles initiatives en ce sens. Enfin, 200 000 euros seront ajoutés à l'enveloppe dédiée aux 22 pôles médicaux des HCL portant celle-ci à 600 000 euros pour 2019.

Une capacité d'auto-financement en hausse

Les autres indicateurs financiers des HCL restent aussi dans le vert. Le compte de résultat consolidé, qui comprend toutes les activités annexes, réalise un bénéfice de 21 millions d'euros, après la cession d'actifs pour 10 millions d'euros. Quant à la capacité d'auto-financement de l'institution, elle s'élève 71 millions d'euros nets (après remboursement de la dette). Cela couvre l'intégralité du besoin de financement des investissements courants effectués sur l'exercice.

Malgré ces résultats encourageants pour l'institution, Catherine Geindre se montre prudente pour les années à venir.

"Les contraintes économiques perdurent et restent fortes ; elles nous obligent à rester vigilants et à maintenir nos efforts pour les années à venir. Il faut bien comprendre que la dynamique en cours, et les projets ambitieux et enthousiasmants que nous portons [...] ne pourront être pérennisés qu'à la condition de maintenir aussi nos efforts d'efficience et surtout, notre dynamique d'activité".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :