Auvergne-Rhône-Alpes  : "La filière santé doit jouer plus collectif"

 |   |  903  mots
(Crédits : Laurent Cerino/ADE)
Si Auvergne-Rhône-Alpes est un territoire reconnu à l'international dans le domaine de la santé grâce à un écosystème très fourni, la région fait néanmoins face à la concurrence accrue d'autres territoires en Europe et dans le monde. Alors, pour conserver cette attractivité, les intervenants de la table ronde "Auvergne-Rhône-Alpes, une pépite européenne de la santé" qui s'est tenue lors du forum Santé Innovation organisé par La Tribune, appellent les acteurs de la filière à jouer toujours plus collectif.

C'est un fait : la région Auvergne-Rhône-Alpes est une pépite européenne de la santé. Avec plus de 45 000 chercheurs et environ 150 000 salariés qui travaillent pour des entreprises du secteur - des PME aux grands groupes internationaux - "l'écosystème est extrêmement riche" selon les mots de Yannick Neuder, le vice-président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes délégué à l'enseignement supérieur, à la recherche, à l'innovation et aux fonds européens.

"Avec quatre CHU, Auvergne-Rhône-Alpes figure dans le Top 5 des régions les plus innovantes en Europe en matière de santé. La région a donc une visibilité importante, notamment grâce à des composantes complémentaires entre la medtech à Grenoble, la santé-mobilité à Clermont-Ferrand et la bio-santé à Lyon", indique-t-il.

Reste que si le potentiel du territoire n'est plus à démontrer, la région ne doit "pas se reposer sur ses lauriers" avance Patrick Levy, le Président de l'Université Grenoble Alpes :

"La recherche dans le domaine de la santé est une course extrêmement concurrentielle. Il est notamment compliqué de garder les meilleurs talents sur notre territoire."

Pour une stratégie régionale de santé

Véronique Trillet-Lenoir

Véronique Trillet-Lenoir (photo : Laurent Cerino/ADE)

Pour faire face à la concurrence européenne (en particulier de Lombardie, de la Catalogne et du Bade-Wurtemberg) et mondiale, Véronique Trillet-Lenoir, la présidente du directoire du Cancéropôle Lyon Auvergne-Rhône-Alpes, appelle à jouer encore plus collectif :

"Je pense que nous jouons déjà bien collectif, à l'image du réseau régional de cancérologie qui rassemble l'ensemble des acteurs de la filière. Mais j'estime que nous n'avons pas encore une organisation optimale. Pour faire de la région une vraie force européenne, j'appelle de mes vœux une véritable stratégie régionale de santé. Nous avons des thématiques d'excellence, l'ensemble des acteurs - entreprises, laboratoires, université, pôle de compétitivité... - ont intérêt à agir ensemble."

Georges Képénékian, le premier adjoint à la Ville de Lyon et vice-président de la Métropole de Lyon, abonde :

"Lyon porte un fort engagement dans le secteur de la médecine depuis des siècles. La mobilisation de l'ensemble des acteurs de la santé a fait émerger à Lyon et sa région un écosystème d'exception à l'échelle nationale et européenne. Il y a donc une bonne dynamique, mais il est temps de redéfinir une stratégie de santé globale car des territoires nous taillent des croupières. Il faut parvenir à attirer des nouveaux talents qui seraient tentés d'aller ailleurs. Je plaide donc pour que l'on ait une réflexion pour voir vers quoi nous nous orientons dans les 20 ou 30 années à venir. Le soin ne doit être qu'une petite partie de notre stratégie de santé. L'environnement, le vieillissement et les épidémies sont les défis de demain. Il faut réunir toutes les sciences du vivant pour répondre à ces questions."

Georges Képénékian

Georges Képénékian (photo : Laurent Cerino/ADE)

Favoriser les échanges entre startups et grands groupes

Un avis partagé par Eric Lambert, le secrétaire général de Boehringer Ingelheim France qui a repris, en 2017, les activités du groupe de santé animale Merial. D'après lui, le territoire lyonnais, qui est devenu un nouveau centre de gravité du groupe allemand, se doit d'être toujours plus attractif pour faire face à la concurrence des grandes métropoles internationales.

"Il n'était pas acquis d'avance que Boehringer Ingelheim vienne investir 200 millions d'euros dans la métropole de Lyon. Le groupe s'est vraiment posé la question entre les Etats-Unis, l'Allemagne, Singapour... Plusieurs raisons expliquent ce choix, notamment le formidable héritage industriel (Pasteur, Mérieux...) qui signifie qu'il y a des compétences pour développer des produits innovants et faire tourner des usines."

Eric Lambert

Eric Lambert (photo : Laurent Cerino)

Mais, selon lui, des efforts restent à faire pour favoriser la croissance des jeunes entreprises de la santé :

"Je fais le constat que les startups françaises ont beaucoup d'idée, mais pas forcément suffisamment de structures d'accompagnement pour qu'elles parviennent à développer et à commercialiser des produits. C'est pour cela que Boehringer Ingelheim a passé un accord avec l'accélérateur 1Kubator pour accompagner des startups que l'on accueille dans notre bâtiment. Et ce n'est pas simplement un hébergement, nous leur ouvrons notre carnet d'adresses avec des contacts commerciaux internationaux. Il y a beaucoup de choses à développer entre les startups et les grands groupes."

Des fonds pour briser le plafond de verre

Directeur général du fonds d'investissement Sofimac Innovation, François Miceli souligne, quant à lui, les difficultés récurrentes de capitalisation des entreprises en croissance.

"Il n'y a pas suffisamment de capitaux pour aider les entreprises dans les phases plus matures. En France, nous savons innover et créer des startups, mais nous rencontrons les plus grandes difficultés à construire des ETI. Les entreprises françaises ont besoin de capitaux pour qu'elles aient d'autres objectifs que se faire racheter par un groupe américain ou être côté au Nasdac."

Le fonds qu'il dirige, spécialisé dans les projets de croissance, est, en tout cas, largement sollicité par les entreprises régionales :

"Nous recevons autant de dossiers d'entreprises qui proviennent d'Auvergne-Rhône-Alpes que d'Île-de-France, et les autres régions viennent ensuite loin derrière. C'est la preuve que le terreau est fertile".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :