Basket : 30 millions d'euros pour la Tony Parker Academy

 |   |  728  mots
(Crédits : Laurent Cerino/ADE)
Tony Parker, président de l'Asvel a présenté ce mardi son projet de "Tony Parker Academy". Elle sera située à Gerland et d'une superficie de 14 000m². Par ailleurs, le basketteur a assuré que la nouvelle salle de l'Asvel restera à Villeurbanne et sera opérationnelle d'ici 2019 pour un budget d'environ 50 millions d'euros.

Article édité le 22/09/15 à 9h43/Actualisé à 14h27 et 14h46.

Ce mardi, Tony Parker, président de l'Asvel Basket, a présenté ses nouveaux projets pour le club de basket emblématique de l'agglomération lyonnaise (17e fois champion de France), notamment l'Academy Tony Parker. Ce futur centre de formation accueillera 30 jeunes par an entre 15 et 21 ans. Il sera ouvert sur Asie, l'Afrique et le continent Américain, afin de créer des sortes de franchises.

L'Académy Tony Parker à Lyon-Gerland

Comme envisagé depuis plusieurs semaines, cette nouvelle structure sera localisée à Gerland (Lyon 7e), derrière le Palais des sports. D'une superficie de 14 000 m², l'Academy hébergera un centre de formation, un centre médical, une école d'arbitrage ainsi qu'un pôle de coordination pour travailler avec les écoles et les facultés. Elle abritera aussi le centre d'entraînement de l'équipe professionnelle et permettra l'accueil de sélections nationales et régionales  et la création de "summer league pro" européenne.

Le budget estimé est de 30 millions d'euros, pour une ouverture prévue en 2016, mais le projet aurait pu capoter selon le président de l'Asvel Basket Tony Parker :

"Je suis ravi de voir que le projet initié il y a un an, lors de mon arrivée à la tête du club, prenne forme aujourd'hui. Nous aurions pu renoncer devant la lourdeur administrative très française... Si ma présence a tout changé ? Sans doute, mais c'est le travail d'une équipe et sans elle nous n'en serrions pas là."

Tony Parker

Et la nouvelle salle à Villeurbanne

La question de la nouvelle salle de l'Asvel a également été abordée. Elle prendra le relais de l'Astroballe, jugée trop petite et désuète. Pour construire cette "Aréna", le budget estimé est compris entre 45 et 55 millions d'euros, pour une ouverture prévue en 2019. La nouvelle salle aura une jauge de 10 000 places en conformité avec les normes européennes.

Alors que les spéculations sur sa localisation allaient bon train, le nouvel antre des Verts restera sur les terres de Villeurbanne. Deux possibilités sont aujourd'hui envisagées, comme le précise le maire PS de la ville, Jean-Paul Bret :

"Aujourd'hui, deux sites sont sélectionnés pour accueillir la futur Aréna : le carré de Soie et les alentours du Stade Georges Livet. Personnellement, j'ai une préférence pour le second qui me semble plus adapté et qui permettrait une meilleure cohérence locale d'un point du vue économique".

Que ce soit pour l'Aréna ou l'Academy, le naming est envisagé par l'Asvel dans le cadre du financement du projet, mais le tour de table n'a pas été rendu public ce mardi.

Le terrain pour la construction de la salle serait loué à l'ASVEL et non vendu. 6 millions d'euros d'investissements sont envisagés par les collectivités pour aménager les abords de la future Aréna.

Un enjeux d'attractivité pour la Métropole

Les discussions entre le président de l'Asvel et les responsables politiques ont été multipliées ces derniers mois afin d'accélérer les dossiers de ces deux structures phares pour le développement du club de basket. Gérard Collomb et Tony Parker avait même pris le temps de se rencontrer en Chine en juin dernier, lorsque le président de la Métropole était en déplacement dans l'Empire du Milieu, tandis que le basketteur était en tournée marketing pour l'un des ses sponsors.

Pour la Métropole de Lyon, l'enjeu de ces nouvelles infrastructures vise à renforcer son attractivité du territoire de la Métropole, comme l'a rappelé Gérard Collomb et le confirme Gaétan Müller, directeur général de l'Asvel :

"Le projet est local, par la futur salle à Villeurbanne, et international grâce à l'aura de Lyon et de sa métropole qui est aujourd'hui la 7e ville européenne la plus attractive selon les dernières études".

Il s'agit donc d'associer l'Asvel Basket à cette dynamique économique et pour Tony Parker d'endosser un nouveau rôle une fois tournée la page de la NBA :

"Quand j'étais plus jeune, je faisais un rêve. Reprendre un club. Mon choix s'est porté sur l'ASVEL. Je me sens bien ici, j'ai d'ailleurs installé ma famille ici. Et pourquoi pas finir ma carrière en club ici avant d'enfiler le costume de président à 100% de mon temps".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :