L'astrophysique, une école de l'entreprenariat hors du commun

 |   |  417  mots
(Crédits : DR)
Hélène Courtois établit un parallèle entre son métier d'astrophysicienne, et celui d'entrepreneur. Dans les deux cas, des décisions risquées doivent être prises, il est nécessaire de convaincre - des investisseurs par exemple. Elle lance une injonction à entreprendre sa propre vie, en suivant la devise de ses étudiants : "YOLO", qui signifie "On ne vit qu'une fois"

 Le métier d'astrophysicienne, exploratrice du cosmos, passeur de savoir, peut être mis en parallèle avec l'aventure d'entrepreneure.

Car dans cette carrière il faut prendre des décisions ou l'échec est probable à plus de 99 %, et alors la réussite est d'autant plus savoureuse. La première prise de risque c'est de choisir ce métier atypique, qui a une infime possibilité de déboucher sur une embauche. À 23 ans je décide que je veux passer trois ans à réaliser une thèse de doctorat sur un sujet épineux. Une grande masse mystérieuse, tapie derrière la Voie lactée, semble attirer à elle par la gravitation toutes les galaxies de notre voisinage spatial. Son nom, « le Grand Attracteur », comment résister ?

Transmission à "toute l'humanité"

Comme dans une entreprise, il m'a fallu convaincre : chercher des fonds pour les expéditions aux télescopes, argumenter scientifiquement du bien-fondé des raisonnements, rassembler une équipe dans laquelle toutes les compétences nécessaires sont représentées, tout en faisant fi des localisations terrestres des personnes. On m'a prédit le suicide de carrière à de multiples reprises.

Dans une entreprise il faut distribuer le produit fini. La destinée de ces connaissances que nous créons par la recherche est qu'elles soient transmises à toute l'humanité. Avec une équipe d'amis, nous faisons le choix de passer aussi de notre temps pour transmettre en priorité aux plus défavorisés, à ceux qui se sentent peut-être éloignés du monde des chercheurs. C'est à nouveau une aventure humaine, technique - construire deux bâtiments -, financière - convaincre des équipes municipales -, intellectuelle - comment transmettre didactiquement les connaissances émergentes ?

Entreprendre sa vie

Au final, l'aventure ou l'entreprise scientifique qui a duré plus de 20 ans est un succès et nous avons découvert l'origine des mouvements des galaxies : un continent céleste qui abrite notre galaxie, c'est Laniakea. Ce travail est transposé au Planétarium de Vaulx-en-Velin, service intégré à la direction des affaires culturelles de la Ville. Sa qualité exceptionnelle est enviée jusqu'en Suisse et à New York. Et j'ai le plaisir d'y jouer le rôle de marraine, garant scientifique bénévole.

« YOLO » disent mes étudiants : You Only Live Once. Échouer n'est pas une option dans l'espace, dit-on à la Nasa. Il faut être concentré sur son objectif et résoudre chaque défi qui se présente. Finalement la recette du bonheur c'est de développer son talent, quel qu'il soit, en entreprenant sa vie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :