Emmanuel Sabonnadière : "Le CEA-Leti prépare les grandes mutations de demain"

 |   |  1335  mots
(Crédits : DR)
Fin novembre, Emmanuel Sabonnadière, 52 ans, a pris les commandes du CEA-Leti. Cet institut de CEA Tech en charge de la recherche technologique, occupe un rôle stratégique au sein de l’écosystème grenoblois. Avec près de 1 800 salariés et 300 brevets par an, il a été notamment le berceau d’entreprises comme Soitec, STMicroelectronics, ISKN ou Avalun. Le successeur de Marie-Noëlle Semeria entend désormais renforcer le rayonnement international du Leti, ainsi qu'investir de nouveaux axes de recherche comme l’internet of things (OIT) ou le domaine de la santé.

ACTEURS DE L'ECONOMIE - LA TRIBUNE. Vous êtes arrivé au CEA en septembre dernier, après une carrière de 25 ans passée au sein de l'industrie (Philips Lighting, General Cable Europe , NKM Noell , Alstom T&D, Schneider Electric). Votre expérience industrielle était-elle un point fort pour diriger un institut comme le Leti ?

EMMANUEL SABONNADIERE - Le Leti est un cœur d'innovation. Par mon expérience industrielle, j'ai eu l'occasion de constater que l'innovation est probablement l'un des enjeux majeurs de l'industrie. Si les entreprises ont déjà bien souvent leurs propres équipes de recherche en interne, le rôle du Leti est de préparer les grandes mutations de demain. Si nous arrivons à bien comprendre ce que veulent les industriels ainsi que leurs ambitions à long terme, nous pouvons regarder quels sont les éléments technologiques pour y répondre.

Que ce soit à travers le Leti, en les orientant vers des laboratoires ou des experts, ou en utilisant des financements de ressourcement comme les subventions Carnot pour orienter la recherche amont vers des projets à plus long terme.

Le rôle des partenariats est déterminant dans le financement du Leti ?

Aujourd'hui, près 40 % du budget...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :