[Portrait d'Acteur 4/6] Isabelle Guillaume, chef de cœur

 |   |  323  mots
(Crédits : Laurent Cérino/ADE)
Acteurs de l'économie-La Tribune vous propose chaque semaine, durant l'été, un portrait de scientifiques, entrepreneurs, et professeurs qui révolutionnent leur monde, inventent et créent de nouveaux modèles innovants, ou transmettent leur passion. Cette semaine, rendez-vous avec Isabelle Guillaume à la tête de Minalogic.

Durant ses 30 années de carrière professionnelle, Isabelle Guillaume aura été fidèle au groupe Schneider Electric. Rentrée en 1983, elle y occupera une quinzaine de postes jusqu'à prendre la vice-présidence marketing de l'activité entreprise power en 2008.

"Travailler dans un grand groupe m'a permis de grandir rapidement, d'acquérir une expérience internationale très forte, et par ailleurs d'apprendre le management multiculturel." Mais en 2013, elle fait le choix de quitter le confort que lui offrait le groupe industriel pour devenir déléguée générale du pôle de compétitivité Minalogic.

"J'avais le souhait de plus m'investir pour l'écosystème local en donnant davantage de sens à mon action."

International

Bilingue en anglais, Isabelle Guillaume parcourt le monde depuis des années. Une vraie école formatrice qui lui a apporté un autre regard, une ouverture aux autres et une grande curiosité. "J'ai énormément appris, notamment d'être à l'écoute des différences culturelles."

Son arrivée à Minalogic, c'est en partie grâce à son expérience à l'international qu'elle la doit. Depuis, elle transmet son expertise autour d'elle.

"Le marché n'est plus seulement français. Il faut savoir connecter l'écosystème régional à l'Europe, au monde, c'est un long processus mais fondamental."

Isabelle Guillaume l'affirme : "Ici à Grenoble, nous sommes parmi les seuls au monde à avoir un si riche écosystème."

Musique

Isabelle Guillaume aurait pu créer sa startup "si j'avais eu 20 ans de moins", elle aurait pu aussi envisager une carrière dans la musique. Violoncelliste passionnée de musique de chambre ayant suivi un cursus au conservatoire, aujourd'hui elle en a fait une respiration essentielle dans sa vie. "Cela me donne une source d'énergie incroyable", résume-t-elle.

Pour autant, même lorsqu'elle dirige le chœur de sa chorale, son engagement intrapreneurial n'est pas bien loin.

"Il y a toujours cette notion de diriger dans un esprit collaboratif, dans l'écoute et l'échange."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :