Ecopla : une reprise de l'activité au 1er semestre ?

 |   |  275  mots
Les membres d'Ecopla lors de leur arrivée à Bercy le 10 janvier.
Les membres d'Ecopla lors de leur arrivée à Bercy le 10 janvier. (Crédits : Facebook Ecopla)
Les Amis d'Ecopla et l'italien Cuki ont entamé des discussions en vue d'une reprise de l'activité de fabrication de barquettes en aluminium à Saint-Vincent de Mercuze. Un revirement après plusieurs mois d'incertitudes quant au devenir de l'entreprise, que le collectif d'anciens salariés souhaitait reprendre sous forme de Scop.

Les bases d'un rapprochement sont jetées. Lors d'une réunion entre le groupe Cuki et les Amis d'Ecopla à Bercy la semaine dernière, des discussions ont été engagées entre le repreneur italien du fabricant de barquettes d'aluminium et le collectif d'anciens salariés.

Lire aussi : Ecopla veut (toujours) devenir une Scop

Elles doivent définir les modalités d'un "partenariat industriel et commercial" mais aussi permettre une "relance rapide de l'activité" sur le site même de St Vincent de Mercuze, dans la vallée du Grésivaudan. Une première date a déjà été avancée : la reprise de l'activité pourrait avoir lieu dès le premier semestre 2017 sur le site, souligne un communiqué.

Processus

Durant cette phase de négociation, les Amis d'Ecopla préfèrent ne pas communiquer sur les avancées. Ils ont appelé à leurs soutiens de ne plus procéder "à aucun blocage, aucun rassemblement, aucune manifestation" afin de ne pas compromettre le processus engagé. Un changement important dans la stratégie, tant les anciens salariés avaient multiplié les actions de communication et les déclarations pour sauver leur activité.

Lire aussi : Ecopla : le lobbying politique va-t-il payer ?

Depuis près d'un an, un collectif d'anciens salariés du fabricant de barquettes en aluminium, placé en liquidation judiciaire en mars 2016, se bat pour récupérer son outil de travail. En juin dernier, le tribunal de commerce de Grenoble avait préféré l'offre de reprise présentée par Cuki plutôt que le projet de Scop défendu par les anciens salariés. Ces derniers avaient fait appel de la décision, sans succès.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :