Pôle de compétitivité : Mont-Blanc Industries menacé par la loi NOTRe

 |   |  812  mots
En mars, Laurent Wauquiez avait qualifié l'industrie haut-savoyarde de modèle. (photo d'archives)
En mars, Laurent Wauquiez avait qualifié l'industrie haut-savoyarde de modèle. (photo d'archives) (Crédits : Didier Bert)
Le pôle de compétitivité Mont-Blanc Industries verra disparaître 70 % de son financement au 1er janvier 2017. La raison ? La mise en oeuvre de la loi NOTRe (Nouvelle Organisation Territoriale de la République) qui ôte la compétence économique au département de la Haute-Savoie. Et la région Auvergne-Rhône-Alpes n'a toujours pas indiqué si elle se substituerait au département pour financer la majeure partie du budget du pôle haut-savoyard, qui fédère 320 entreprises, 27 000 emplois et un chiffre d'affaires cumulé de 5,4 milliards d'euros.

"Nous sommes inquiets et énervés, lance Étienne Piot, le président de Mont-Blanc Industries. Nous sommes fin novembre, et nous ne savons pas du tout comment les choses vont se passer en janvier!"

Territoire atypique

Au 1er janvier 2017, le pôle de compétitivité devra en effet se passer des 2,5 millions d'euros versés chaque année par le département de la Haute-Savoie. L'enjeu est de taille puisque le budget total du pôle de compétitivité s'élève à 3,5 millions d'euros. De son côté, la région verse 90 000 euros par an, précise M.Piot.

Auprès de ses 320 entreprises membres, qui représentent plus de 27 000 emplois et un revenu cumulé de 5,4 milliards d'euros, Mont-Blanc Industries anime deux filières technologiques d'excellence, l'usinage de précision et la mécatronique, ainsi que huit programmes liés à la performance globale des entreprises. Une spécificité et une qualité d'action qui lui a valu la reconnaissance, en 2012 par l'Etat, de "pôle très performant."

Or, en Haute-Savoie, "la situation est atypique, souligne Étienne Piot, lui-même président d'Aventics, spécialisé dans les entraînements pneumatiques pour l'automation industrielle. Nous ne disposons pas de métropole capable de nous soutenir, comme c'est le cas pour de nombreux autres pôles de compétitivité en France."

La région dans le viseur...

Faute de métropole, seule la région Auvergne-Rhône-Alpes aura la possibilité de remplacer le financement versé jusqu'à présent par le département, selon la loi NOTRe.

"Clairement notre salut passe par la région, affirme Étienne Piot. Soit elle dit qu'elle prend le relais et elle débloque des sommes équivalentes, soit elle passe un accord avec le département pour lui déléguer sa capacité de financement en vue de permettre une année de transition."

 À un mois de la nouvelle année, l'attente de la décision de la région est mal reçue par Mont-Blanc Industries.

"Cela crée une incertitude, pointe M.Piot. Nous ne savons pas ce qui va se passer... Et si on nous dit qu'on ne finance pas, que fait-on? Nous posons ces questions depuis le début de l'année. Nous avons invité le nouveau président de la région, Laurent Wauquiez, en mars pour les dix ans du pôle. Il nous a dit que la Haute-Savoie est un modèle. Merci Monsieur le président, nous sommes très touchés... Mais voyez-vous, il n'y a pas d'amour, il n'y a que des preuves d'amour."

La patience "s'émousse"

En mars dernier, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes avait salué le travail de Mont Blanc Industries, lors de sa visite du Salon de la machine-outil et du décolletage (SIMODEC) à La Roche-sur-Foron.

"Ce que vous avez fait ici est un modèle, avait-il lancé aux industriels haut-savoyards. Votre territoire est un des très rares endroits en France où l'écosystème est comparable à un Land (allemand, ndlr) en terme de performance industrielle", avait lancé Laurent Wauquiez

Lire aussi : Les ambitions industrielles de Laurent Wauquiez

Depuis, Mont-Blanc Industries n'a reçu aucune garantie, poursuit M.Piot. "En juin, on nous a dit d'être patients jusqu'en septembre. En septembre, on nous a encore demandé d'attendre... La patience s'émousse."

L'exécutif régional n'a pas répondu aux demandes d'interview d'Acteurs de l'économie - La Tribune.

... Et la loi NOTRe visée aussi

Ce manque de visibilité inquiète les entreprises industrielles. "C'est prendre le risque de casser la dynamique de l'écosystème que nous avons mis dix ans à construire", prévient Jérôme Akmouche, directeur du Syndicat national du décolletage (SNDEC), dont la majorité des membres sont implantés en Haute-Savoie.

 M.Akmouche fait part de son incompréhension. "Comment peut-on décréter une loi sans en mesurer au préalable les conséquences ? Et en l'appliquant partout de la même manière sans tenir compte de la particularité des territoires ?" interroge-t-il, en soulignant que jamais une entreprise ne prendrait de décision sans avoir une idée de son impact futur sur ses activités.

Des programmes sous l'épée de Damoclès

Faute de financement public à court terme, ce sont les programmes les plus légers de Mont-Blanc Industries qui sont les plus menacés. C'est le cas du groupement d'employeurs, qui permet de mutualiser des emplois, mais aussi le GIE Val'Essor 74 qui groupe les achats des entreprises pour obtenir des prix plus favorables.

"Ces structures ne passeront pas le premier trimestre" prévient Étienne Piot, qui cite également l'Observatoire stratégique de la sous-traitance. "Un outil comparable à celui dont disposent de grands groupes internationaux", affirme-t-il. Et dans un deuxième temps, même les programmes plus lourds pourraient souffrir si l'incertitude se prolongeait en 2017, s'inquiète M.Piot.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/12/2016 à 18:09 :
Les responsables de cet état de fait son les élus savoyards qui doivent forcer l’exécutif régional à faire son travail.

Entrepreneurs savoyards adressez vous aux vrais des responsables de la région qui doivent vous aider car ils on cela comme fonction
a écrit le 01/12/2016 à 11:45 :
La meilleure solution déménager au Puy en Velay
a écrit le 01/12/2016 à 9:54 :
Effectivement, la région doit obligatoirement reprendre le flambeau du département, elle a une compétence liée même si elle est libre de ses choix budgétaires.
Je me joins à Nicodeclaix, quand les commentaires ne sont pas publiés, pour des raisons de modération, rien à dire, mais l'auteur a droit a un message le lui indiquant, ce serait plus sympa.
a écrit le 30/11/2016 à 20:22 :
Hier déjà je disais que Mr Wauquiez parlait beaucoup mais agissait peu. Pourtant que n'a t'il dit qu'il soutiendrait l'´industrie! Aujourd'hui nous constatons! Le néant. Je répète beaucoup de bla bla mais.....rien derrière.

PS: rien ne sert de mettre des commentaires si vous n'être pas en mesure pour x raisons de les publier.
Réponse de le 01/12/2016 à 11:50 :
Bonjour,
Votre commentaire a pourtant bien été validé, mais il ne s'affiche pas, pour des raisons techniques que nous essayons de comprendre. En attendant, je me permets de le republier ci-dessous :


Nicodeclaix :
"Mr Wauquiez je pensais qu'un Président de Région se devait de gérer sa région .! J'ai peur que ne ce soit trop votre cas car en dehors de grandes déclarations dénigrant ce qui a été fait,je ne vois aucune de vos promesses de campagne mises en œuvre.il est vrai que traiter le Président de la République de menteur parce qu'il ne respecte pas son programme c'est grandilotesque !!!! Mais que dire d'un Président de Région qui agit pareil ? Êtes vous un menteur?
Donner 3 millions à des chasseurs c'est bien! Mais critiquer en même temps le faite de donner de l'argent à des émigrés alors qu'il y a temps de pauvres en France mérite votre ire!
Pourquoi n'avez vous pas donné ces 3 millions à des pauvres?
Pourquoi mettre tant d'argent dans votre églises du Puy ,c'est peut être bien! Mais est ce de votre compétence?
Quand on veux être crédible,il faut être irréprochable !!! Vous ne l'êtes pas!"

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :