Erasmus : L'Université Savoie Mont Blanc, un exemple français

 |   |  712  mots
L'USMB accueille des établissements étrangers durant sa Semaine inernationale pour mieux faire connaître ses filières.
L'USMB accueille des établissements étrangers durant sa Semaine inernationale pour mieux faire connaître ses filières. (Crédits : Didier Gourbin/Chambéry Métropole)
L'Université Savoie Mont Blanc se place à la première position des universités françaises pour l'envoi d'étudiants à l'étranger via le programme européen Erasmus, comparativement à sa population étudiante. Et l'université savoyarde affiche des ambitions encore plus grandes, notamment vers le Canada et les Etats-Unis.

Alors que le programme Erasmus fête ses 30 ans cette année, un établissement français est en pointe. Chaque année, 6% des étudiants de l'Université Savoie Mont Blanc (USMB) partent continuer leurs...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/02/2017 à 17:42 :
Noter que les universités suisses francophones ont de moins en moins de considération pour nos baccalauréats , les plus visés étant le bac L et surtout l'ES. De là à déconsidérer nos universités...

A moins que l'USMB les aident à retrouver du crédit à Bruxelles.
a écrit le 23/02/2017 à 11:52 :
"Mais ils sont très peu à venir de la Suisse, toute aussi proche, malgré les liens tissés avec la Haute école spécialisée de Suisse occidentale (HESSO), l'Université de Lausanne et l'Université de Genève. La raison de ces moindres échanges avec la Suisse réside dans la complexité à faire reconnaître un double diplôme avec ce pays"......

Je pense que c'est avant tout parce que la Suisse possède des universités autrement mieux réputées que l'USMB. Les Suisses n'ont aucun intérêt à fréquenter cette université...
Réponse de le 25/02/2017 à 9:58 :
En effet, la Suisse possède des universités réputées. Mais la France possède également des établissements qui développent des secteurs de haut niveau, que les universités suisses viennent parfois visiter.
Enfin, dans le cas précis de cet article, l'USMB occupe la première place en Auvergne-Rhône-Alpes pour les projets Interreg et développe des relations, en recherche et en formation avec des établissements suisses, y compris les plus prestigieux.
Mais une source des problèmes qui s'oppose au développement des flux tient aux contraintes textuelles, les deux pays fonctionnant, notamment dans le domaine de la formation, sur des logiques différentes. Souhaitons que les autorités suisses et françaises auront à coeur de lever ces freins au développement de relations qui s'opèrent sur un même bassin de vie où les uns et les autres parlent la même langue.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :