Pourquoi le secteur bancaire suisse doit faire sa mutation

 |   |  33  mots
(Crédits : Reuters)
Moins compétitif à l’échelle internationale, concurrencé par d’autres places mondiales, et corseté depuis la levée du secret ad hoc, le secteur bancaire suisse, est en proie à une profonde transformation. Au cœur de l’enjeu, mis en lumière par l’examen de la crise : l’absolue nécessité de reconfigurer la formation des professionnels et de la placer aux standards des grandes places internationales. Mais aussi "d’embrasser" la révolution numérique, qu’elle peine, pour l’heure, à s’approprier pleinement. La restauration de sa réputation est à ces prix.

Le dernier classement des centres financiers globaux établi par Z/Yen Group réservait bien des surprises : Zurich n'est plus qu'à la 9e place et Genève chute au 23e rang, perdant respectivement...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :