Auvergne-Rhône-Alpes : une union "gagnant-gagnant" ?

 |   |  591  mots
(Crédits : DR)
Acteurs de l'économie-La Tribune et RCF, en partenariat avec Agrica et Orange, organisaient une première matinées de débats relatifs à l'union régionale Auvergne-Rhône-Alpes, à Clermont-Ferrandle 17 novembre, pour identifier les points essentiels de ce mariage économique. Quels enjeux pour quelles perspectives ?

Au 1er janvier 2016, la région Auvergne-Rhône-Alpes comptera 450 000 entreprises et une population de 7,750 millions d'habitants. Il s'agira de la deuxième plus grande région métropolitaine par son PIB.

Pourtant peut-on espérer une stratégie « gagnant-gagnant » pour deux territoires partageant le même ADN entrepreneurial et soucieux de réduire leurs déséquilibres ? Ce nouveau schéma territorial constitue de lourdes interrogations, mais aussi la promesse d'opportunités.

Une alliance évidente

"L'alliance de ces deux territoires sonne comme une évidence. Cette union est une chance, on ne peut pas parler de handicap quand on devient riche ! ",

affirme Jean-Paul Mauduy, président CCI Rhône-Alpes présent à la première table ronde qui se tenait mercredi 17 novembre, au Stade Marcel-Michelin, lors de la matinée de débars consacrée à l'union régionale,  animée par Marc-Alexis Roquejoffre, en présence de tous les grands acteurs de l'économie auvergnate et rhônalpine.

"L'Auvergne a autant à attendre de Rhône-Alpes que le contraire", assure de son côté Hamid Berkani, président de l'Agence régionale de développement économique Auvergne (ARDE), avant de rappeler que "Michelin sera la future plus grande entreprise de la grande région". "A l'international, Auvergne-Rhône-Alpes pèsera 35 milliards d'euros à l'export", renchérit Jean-Paul Mauduy. Il s'agira de la première puissance industrielle de France".

Conférence clermont-ferrand

Jean-Michel Pou, président du cluster Auvergne Efficience Industrielle, avec en arrière-plan Jean-Marie Montel et Marc Béchet.  (crédit : Laurent Cérino/ADE)

"Nous ne sommes pas une simple somme"

 Preuve que les synergies existent déjà, certains secteurs économiques travaillent ensemble depuis bien longtemps, à l'instar de l'aéronautique et des clusters.

"A plusieurs, nous ne sommes pas une simple somme. Cette union est synonyme de plus de rencontres, plus de possibilités. Ce qui m'intéresse, c'est le mélange des idées",

analyse Jean-Michel Pou, président du cluster Auvergne Efficience Industrielle (Pôle de compétitivité Mont-Blanc Industries et Auvergne Efficience Industrielle). De nombreuses opportunités sont déjà envisagées dans le tourisme.

"Il s'agira de la première région de montagne de France, avec un équilibre à trouver entre la montagne hiver, côté Alpes et la montagne été, côté Massif Central. Grâce à la fusion, nous allons pouvoir redessiner le paysage touristique français et international",

assure Marc Bechet, directeur général de Rhône-Alpes Tourisme imaginant déjà la création de nouveaux labels. Jean-Marie Montel, directeur territorial Orange exposait quant à lui les enjeux numériques de l'union des territoires auvergnat et rhônalpin :

"Dans le domaine du numérique, l'Auvergne est très en avance. Grâce à un partenariat entre la Région et Orange, d'ici à 2017, 100% des foyers auvergnats auront une connexion Internet d'une rapidité supérieure à 8Mb/s. Déjà 42%  bénéficieront de débits à plus de 100Mb/s et les débits progresseront jusqu'en 2025."

Conférence le mariage pour tous_Jacques Chazalet

Jacques Chazalet, président du Sommet de l'élevage (crédit : Laurent Cérino/ADE)

Puis, Jacques Chazalet est venu tempérer un peu l'ardeur des participants. Le président du Sommet de l'élevage espère, en effet, que l'agriculture ne sera pas la grande perdante de cette nouvelle donne territoriale.

"L'union des régions, c'est un mariage avec autorisation parentale, a-t-il lancé à l'assemblée, précisant en amont de l'union régionale et de l'ouverture à l'ouest du territoire rhônalpin : Il faudra veiller à ce que Lyon ne soit pas la capitale hégémonique".

auvergne-rhone-alpes-lyon

Prolongez les débats le mercredi 25 novembre à Lyon, en vous inscrivant ici.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :