Grenoble : Eric Piolle réélu à la majorité absolue, l’opposition montre les dents

 |   |  950  mots
L'écologiste Eric Piolle a été réélu largement à la tête de Grenoble pour un second mandat de six ans, au cours d'une séance d'installation néanmoins ponctuée par les prises de parole de son principal opposant, l'ex-maire de droite Alain Carignon.
L'écologiste Eric Piolle a été réélu largement à la tête de Grenoble pour un second mandat de six ans, au cours d'une séance d'installation néanmoins ponctuée par les prises de parole de son principal opposant, l'ex-maire de droite Alain Carignon. (Crédits : DR)
L’installation du nouveau conseil municipal de Grenoble s’est tenue ce vendredi au Musée de Grenoble. Le maire sortant EELV Eric Piolle l’emporte, sans surprise, grâce à une majorité absolue des voix, après avoir enregistré 53% des voix au second tour grâce à une large coalition issue de la gauche. Il a cependant dû tenir la barre d’un premier conseil très politisé, marqué par les nombreuses remarques et les interventions de l’ancien maire de droite, Alain Carignon et de ses colistiers, qui disposent désormais de sept sièges au conseil municipal.

"Un format un peu particulier, compte-tenu de la situation". Et à plusieurs titres. Alors que l'installation du Conseil municipal de Grenoble, ville emblématique de la victoire des écologistes dès 2014, se tenait au Musée de Grenoble compte-tenu des exigences de distanciation sanitaires, Eric Piolle a commencé son nouveau mandat en cédant brièvement sa place à son adversaire, l'ancien maire de droite Alain Carignon.

Lire aussi : Eric Piolle, maire de Grenoble : "Ce second mandat est celui de l'amplification"

Se soumettant ainsi à la tradition voulant que le doyen de l'assemblée préside la première séance jusqu'à l'élection du maire. Un épisode qui a pris une résonance bien particulière. Car durant les 45 premières minutes de l'installation de ce nouvel conseil municipal, le maire sortant EELV a été confronté à une vague de prises de parole, issues principalement de l'entourage de son principal opposant, Alain Carignon, qui dispose désormais de sept élus depuis son score de 23% au second tour. Mais aussi de ses anciens adversaires lors de cette quadrangulaire, Emilie Chalas et Olivier Noblecourt, qui disposent désormais...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/07/2020 à 8:05 :
Grenoble une ville enclavėe par la montagne , difficile d’accès qui possède un tissu industriel et universitaire ce sont ses atouts, mais pour le reste rien n’a évolué dans le bon sens comme à Lyon, le centre ville est calamiteux les commerces sont en grande difficulté la création d’autoroutes cyclistes ne font qu’accélérer le phénomène.
La pollution atmosphérique est toujours très au maximum

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :