Aéronautique : Auvergne-Rhône-Alpes finalise un accord avec Dassault Aviation

 |   |  391  mots
(Crédits : © Albert Gea / Reuters)
A l'occasion du Salon International de l'Aéronautique et de l'Espace - Salon du Bourget à Paris, la Région Auvergne-Rhône-Alpes a finalisé un accord avec Dassault Aviation pour la mise en oeuvre de son projet Aeroprint. Un pas de plus vers la structuration de la filière dans la région.

Auvergne-Rhône-Alpes poursuit son ambition de devenir "une grande terre de l'aéronautique". Ainsi, la région a signé, en marge du salon du Bourget, un protocole d'accord avec Dassault Aviation portant sur le démarrage du projet Aeroprint.

Ce programme de R&D, destiné à mettre au point des pièces fabriquées par impression 3D, sera mené sur 5 ans (2019-2024), la dernière année étant consacrée à des test de validation "pour sécuriser l'industrialisation". Il se déroulera sur le site de Dassault Aviation à Argonay en Haute-Savoie mais il sera ouvert à une trentaine d'entreprises partenaires du projet.

Sur un coût total de 25 millions d'euros, la région s'engage à verser 10 millions d'euros sur cinq ans.

"Ce consortium est intéressant car il concerne non seulement Dassault mais bénéficie aussi à l'ensemble de la filière. C'est un travail d'équipe pour accroître la compétitivité de nos entreprises et de créer des emplois", se satisfait Laurent Wauquiez, président LR de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Urgence de recrutement

La région Auvergne-Rhône-Alpes compte 30 000 emplois directs pour 550 entreprises.

Cependant, "3 000 emplois se perdent dans l'aéronautique, faute de collaborateurs qualifiés. C'est un frein au développement des entreprises", poursuit le président.

Pour faire face à l'urgence, la région entend accélérer la mise en oeuvre de son projet de "campus aéronautique", un lieu conçu avec les principaux acteurs de la filière. Il proposera des modules complémentaires aux formations initiales", dans le but de répondre à des besoins techniques précis et aux enjeux de la filière.

Il devrait ouvrir en 2022, si l'armée donne son accord définitif, sur la base aérienne de la ville d'Ambérieu-en-Bugey (Ain).

En attendant, les formations se dérouleront, "dès la rentrée 2019", hors les murs et en partenariat avec le lycée professionnel d'Ambérieu-en-Bugey.

L'aéronautique génère, dans la région, quelque 3,3 milliards d'euros de chiffre d'affaires. Une spécificité que son président entend bien mettre en avant, comme il l'indiquait dans La Tribune en avril dernier. Au salon du Bourget, près de 150 entreprises d'Auvergne-Rhône-Alpes font valoir leur savoir-faire.

"On y multiplie les contacts. De plus en plus d'entreprises s'intéressent à notre région. C'est un bon signe de dynamisme", conclut-il.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :