Auvergne Rhône-Alpes veut donner des ailes à sa filière aéronautique

 |   |  568  mots
(Crédits : © Thomas Peter / Reuters)
Le Conseil Régional va mobiliser 137 millions d'euros sur trois ans pour dynamiser les acteurs de l'aéronautique. A la clé de ce programme d'investissements, deux mesures phares : l'installation d'un campus de formation dans l'Ain et la création d'un programme d'innovation autour de l'impression 3D.

Avec un peu plus de 30 000 emplois et 3,3 milliards d'euros de chiffre d'affaires global, la filière aéronautique d'Auvergne Rhône-Alpes se classe au sixième rang des régions françaises en terme d'emplois - très loin derrière l'Occitanie et la Nouvelle-Aquitaine, bastions de ce secteur.

Pour autant, de grands noms de l'aéronautique et de belles PME et ETI ont leurs bases dans la région.

"Notre région est une grande région aéronautique, mais elle ne s'est jamais vécue comme ça", assure Laurent Wauquiez, le président du Conseil régional.

C'est pourquoi, il entend capitaliser sur ces forces vives pour structurer et développer cette filière qui, selon lui, peut espérer créer 3 000 emplois dans les 5 prochaines années.

La Région va donc investir 137 millions d'euros sur trois ans dans un plan visant à dynamiser le secteur. Un programme ambitieux lancée au cours d'une journée regroupant les industriels de la région et leurs donneurs d'ordres, dont Airbus, au siège de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Un "cluster" autour de l'impression 3D

Parmi les mesures mises en place par la Région, l'innovation figure au rang des priorités avec un axe fort, l'impression 3D. Piloté par Dassault Industrie depuis son site d'Argonay en Haute-Savoie, un "cluster" selon l'expression de Laurent Wauquiez, va voir le jour sur ce thème. L'objectif d'Aéroprint étant de mobiliser les équipes de l'avionneur, mais aussi celles de ses partenaires industriels et de la recherche pour parvenir à mettre au point des pièces fabriquées par l'impression 3D.

"L'enjeu est aujourd'hui sur la certification des poudres. Nous sommes déjà capables de réaliser des pièces avec l'impression 3D, mais il faut parvenir à certifier les poudres pour que ces pièces puissent équiper nos avions", explique Eric Trappier, président directeur général de Dassault qui promet que les innovations issues de ce "cluster" irrigueront l'ensemble de ses entreprises d'ici peu.

Pour asseoir cette technologie et d'autres, la Région aidera les entreprises à réaliser des investissements dans leurs outils de production.

Un campus à Ambérieux en Bugey

L'autre annonce majeure consacrée à l'aéronautique vise la formation. La Région va investir 5 millions d'euros dans la création d'un campus de l'aéronautique installé sur la base aérienne d'Ambérieu-en-Bugey, dans l'Ain.

"Nous proposerons dès juin 2019, plusieurs formations aux métiers de l'aéronautique sur ce site, mais également sur d'autres centres de formation. Ce campus fonctionnera sur le modèle du campus du numérique (un regroupement de formation sous une même bannière, NDRL). Petit à petit, nous allons donc labelliser d'autres formations dans la région", promet Stéphanie Pernod-Beaudon, vice-présidente du Conseil régional en charge de la formation et de l'apprentissage.

Quelque 500 jeunes devraient ainsi être formés aux métiers de l'aéronautique dès 2019. En complément, la Région entend se mobiliser pour donner plus de visibilité à l'aéronautique, notamment en organisant, en alternance avec le salon du Bourget à Paris, les Assises de l'aéronautique - dont la première édition, tenue ce 5 novembre, faisait figure de rampe de lancement.

Le plan aéronautique sur trois ans

  • Innovation : 26 M€
  • Soutien aux investissements industriels : 30 M€
  • Développement à l'international : 13 M€
  • Formation : 53 M€, dont création et fonctionnement du campus :12 M€
  • Valorisation de la filière : 2,5 M€

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/11/2018 à 11:29 :
Bravo pour le campus à Ambérieu
Il faudra simplement le relier au centre ville et à la gare pour le rendre dynamique …… cela est possible en regardant les autres points géographiques à forte mobilité (Lycées, collèges, hôpitaux, hôtels, ZI)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :