Minalogic : mouvement à venir à la tête du pôle

 |   |  397  mots
(Crédits : Laurent Cérino/ADE)
Le pôle de compétitivité dédié aux technologies du numérique en Auvergne-Rhône-Alpes, Minalogic, recherche son ou sa déléguée générale. Publiée début mars, une annonce vient d’être mise en ligne dans un processus "transparent et ouvert", en vue de remplacer son actuelle directrice générale, Isabelle Guillaume, qui ne repartira pas pour un nouveau mandat de trois ans.

Elle était aux commandes du pôle Minalogic depuis six ans. La délégué générale de Minalogic, Isabelle Guillaume, s'apprête à passer la main d'ici la rentrée prochaine de septembre.

Lire aussi : Prix Partager : Isabelle Guillaume, l'artisane

Parvenue bientôt au terme d'un second mandat de trois ans, cette dernière a souhaité passer la main.

"Il est sain de changer de dirigeant, aussi passionnant soit le job", a simplement glissé cette dernière, qui était auparavant passée par Schneider Electric avant d'œuvrer au démarrage d'une start-up technologique (Easyplug).

Si son ou sa successeur n'a pas encore été désigné(e), le Conseil d'administration s'est justement ouvert aux candidatures en publiant une offre sur son site internet, au sein d'un processus transparent, en vue d'attirer les meilleurs talents de l'écosystème.

Il y indique d'ores et déjà que "le rôle premier du (de la) Délégué(e) Général(e) est d'effectuer la transformation de Minalogic pour répondre aux enjeux de la Phase IV des Pôles (2019-2022)".

Avec, entre autres, des missions consistant à "positionner Minalogic au cœur des projets structurants de la Région Auvergne-Rhône-Alpes (Mina Smart), de l'Etat (Comité Stratégique de Filière), de l'Europe (Silicon Europe)" mais aussi à "renforcer la pérennité du modèle économique de Minalogic, par l'offre de services et la croissante du nombre d'adhérents, dans un contexte de financements nationaux décroissants".

Le tout en rendant compte à son Conseil d'Administration et à son président, Philippe Magarshack, qui a rempilé l'an dernier pour un troisième mandat.

D'après le calendrier évoqué, les premiers entretiens des candidats auront lieu entre le 12 et le 17 avril à Grenoble et Lyon, tandis que les candidats retenus passeront ensuite une seconde audition le 3 mai prochain à Grenoble. La passation ne devrait quant à elle pas intervenir avant septembre prochain.

Avec près de 400 adhérents, principalement des entreprises (startups, PME ou grand groupes), laboratoires de recherche et académiques de la région, le pôle Minalogic possède des bureaux à Grenoble, Lyon et Saint Etienne.

Il porte l'ambition de fédérer l'ensemble de l'écosystème des technologies du numérique en Auvergne-Rhône-Alpes, alliant la micro-nano électronique, la photonique, le logiciel et les contenus & usages, à l'égard de différents marchés applicatifs (Santé, Energie, Mobilité, Industrie ...).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :