Lyon-Turin : il va devenir difficile de voir le bout du tunnel

 |   |  1250  mots
(Crédits : Jean-PIerre Clatot / AFP)
Cela fait six mois que les marchés publics du tunnel Lyon-Turin sont bloqués. L'arrivée au pouvoir en Italie de la coalition entre le Mouvement 5 étoiles (M5S) et la Ligue a semé un nouveau doute sur l'avenir de la ligne ferroviaire, censée permettre de remplacer une bonne partie du trafic de poids lourds entre les deux pays, voire développer les échanges commerciaux internationaux.Opposé de longue date au Lyon-Turin, qu'il perçoit comme un gaspillage de fonds publics, le M5S a obtenu la suspension du lancement des marchés publics depuis septembre dernier. La liaison Lyon-Turin « ne se fera pas », clamait début février Luigi Di Maio (M5S), le vice-président du Conseil italien. Cette position a été confortée mi-février par la publication d'un rapport commandé par le ministère italien des Transports. L'étude affirme que le projet ne serait absolument pas rentable. De son côté, la Ligue est favorable au Lyon-Turin, encouragée par une partie de son électorat composée d'entrepreneurs, qui aspirent à tirer profit des retombées économiques. Cette opposition au sein de la coalition gouvernementale est avivée par la proximité des élections européennes, fin mai, lors desquelles chaque parti compte bien asseoir son influence en Italie et sur la scène européenne.

Le dernier rebondissement est intervenu le 21 février au Parlement italien. La Chambre des députés a voté une motion demandant au gouvernement de réétudier la totalité du projet Lyon-Turin, dans des termes suffisamment vagues pour que le M5S comme la Ligue y trouvent leur compte.Comme lors de chaque rebondissement dans ce dossier, les soutiens et les opposants au projet ont aussitôt brandi leurs arguments, soit pour accuser l'étude de parti pris, soit pour se féliciter des conclusions du rapport. Les partisans du Lyon-Turin soutiennent que la ligne ferroviaire, fret et passagers, aspirera le trafic routier qui sature les tunnels du Fréjus et du Mont-Blanc, soustrayant au moins un million de poids lourds contribuant fortement à la pollution des vallées alpines, où les alertes à la pollution aux particules sont devenues aussi récurrentes que dans les grandes métropoles comme Paris et Lyon.

De leur côté, les détracteurs de la liaison mettent en avant que le trafic routier entre la France et l'Italie n'a pas augmenté autant que les premières études, datant des années 1990, l'envisageaient. Ils pointent aussi le prix démesuré d'un tel chantier qui n'atteindrait pas ses objectifs de...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/03/2019 à 23:07 :
On connaissait les histoires belges, d'un goût parfois douteux, voici maintenant une histoire italienne...
a écrit le 09/03/2019 à 9:10 :
Le train ... un mode de transport du 19e siècle
Complètement inadapté au monde moderne, et on continue d'y investir des milliards de fonds publics en toute négation d'une quelconque rentabilité
Réponse de le 09/03/2019 à 11:09 :
Si vous roulez sur une de nos autoroutes et que vous voyez ces files de camions qui les encombrent on se demande en général s'ils ne pourraient pas prendre avantageusement le train?
Réponse de le 11/03/2019 à 5:22 :
A IOP. Vous parlez du train francais sans doute......
Aux USA, Australie, Chine, tous les grands transports se font par train et sont tres economiques.
Bien plus rentables que les camions pollueurs et dangereux.
a écrit le 08/03/2019 à 2:10 :
Eurotunnel était plus cher, représente moins d'échanges que Lyon/Turin et a pourtant fini par être rentable. De plus on ne va pas arrêter un projet aussi avancé
a écrit le 07/03/2019 à 12:33 :
Nous sommes entrés dans l'ère où aucun projet ne peut se réaliser sans obstruction, sans blocage de toute sorte. Aujourd'hui, on ne pourrait pas faire L'aéroport CDG, La Défense, le marché de Rungis, le tunnel sous la Manche...le pire est qu'en lisant ces lignes, certains doivent se dire que cela aurait été une bonne nouvelle.
a écrit le 07/03/2019 à 12:11 :
30 milliards ! Qui paie ?
Réponse de le 08/03/2019 à 16:41 :
Les usagers...

Quiconque a déjà fait la traversé des alpes par Modane et le tunnel du Fréjus n'a qu'une idée, faire le voyage en train et encore plus s'il conduit un PL.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :