Le Léman, une plateforme pour l'économie locale

 |  | 915 mots
Lecture 5 min.
Le lac Léman compte 132 pêcheurs professionnels.
Le lac Léman compte 132 pêcheurs professionnels. (Crédits : DR)
De tous temps, le lac Léman a généré directement des activités économiques qui ont évolué à l'ère moderne. Cependant il n'est plus ce carrefour international qui régentait le transport de marchandises entre le nord de l'Italie, l'Allemagne, la Suisse et la France. Aujourd'hui, le Léman reste d'abord prisé pour ses ressources : la pêche et l'eau potable. Il a vu apparaître sur ses eaux le tourisme et les activités de loisirs. Mais peine à voir émerger des activités économiques plus larges.

«  Sous utilisé, le calme règne sur le lac ! », s'exclame Claude Haegi, président de la Fondation européenne pour le développement durable des régions (Fedre). L'ancien maire de la ville de Genève croit que le lac recèle un potentiel économique inexploré, qui pourrait transformer cette frontière naturelle en trait d'union entre la Suisse et la France.

« Sur le Léman rien de cela, à l'exception des bateaux transportant quotidiennement des travailleurs frontaliers entre Thonon-les-Bains, Évian et Lausanne, ou des touristes en belle saison », dénonce-t-il.

« Il faut être réaliste, la notoriété du lac Léman est importante, mais elle bénéficie aussi de celle, internationale, des villes qui le bordent : Genève, Évian, mais aussi Lausanne, Vevey, Montreux, reconnaît Philippe Ducreux, président de Chablais Léman Développement, l'agence économique du Chablais. L'attractivité, et donc la contribution du seul lac Léman dans l'installation et le développement d'entreprises, ne jouent vraiment que pour les activités touristiques. »

Léman

D'un point de vue...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :