Le Pôle Métropolitain s'étend à l'Est avec la CCEL

 |   |  482  mots
La plaine de Saint-Exupéry, ici à St Laurent de Mure, représente un enjeu de développement important à coté de l'aéroport de Lyon
La plaine de Saint-Exupéry, ici à St Laurent de Mure, représente un enjeu de développement important à coté de l'aéroport de Lyon (Crédits : P.Brun/Agence de l'urbanisme de Lyon)
L'adhésion de la communauté de commune de l'Est lyonnais (CCEL) au pôle métropolitain simplifie la gouvernance à mettre en place pour l'aménagement de la Plaine Saint-Exupéry. De son coté, Villefranche-sur-Saône s'octroie six mois d'observation.

La Communauté de communes de l'Est lyonnais va rejoindre le pôle métropolitain lyonnais (PML) dans les semaines ou mois qui viennent, mettant un terme à une longue guerre froide. L'information qui avait été lâchée en septembre 2014 par Jean-François Carenco, préfet de Rhône-Alpes, a été officialisée ce jeudi 5 février lors du premier conseil du pôle, depuis le renouvellement des élus suite aux élections municipales. D'ailleurs, Gérard Collomb, président de cette structure de coopération, devrait rencontrer, le 26 février prochain, Paul Vial, maire de Toussieu et président de la CCEL regroupant 8 communes. L'adhésion au PML, né de la loi de décembre 2010, se fait sur la base du volontariat a rappelé le sénateur maire PS de Lyon. Pour sa part, Villefranche-sur-Saône a préféré se donner une période d'observation de 6 mois et se faire une intime conviction sur son intérêt à entrer ou non dans le pôle réunissant outre la Métropole de Lyon, la CAPI Porte de l'Isère,  Saint-Etienne Métropole et VienneAgglo.

Les 1 000 hectares de la Plaine Saint-Exupéry

Toujours est il que l'arrivée de la CCEL constitue un vrai enjeu pour la gouvernance de la « Plaine Saint-Exupéry ».  Plus besoin donc de créer un outil supplémentaire pour travailler sur le devenir de ce territoire faisant l'objet d'une directive territoriale spécifique remontant à loin. Et elle a été modifiée en décembre 2013 pour ouvrir de nouveaux espaces à l'urbanisation afin d'accueillir des projets stratégiques requérant de grandes emprises, dans le domaine logistique, entre autres. Gérard Collomb a annoncé qu'une réunion avec le Préfet était prévue en mars prochain afin de définir un premier schéma de développement de la Plaine Saint-Exupéry. Elle s'étend sur 20 communes, 1000 hectares dont  250 hectares sur la CAPI. Il est stipulé que les terrains contigus de la plateforme aéroportuaire doivent être réservés à des équipements soit « liés à l'aéroport soit  porteurs d'image ».

Saint-Etienne sous la bannière OnlyLyon

La vallée du Gier, dans le prolongement de la vallée dite de la chimie, est un autre territoire qualifié de structurant pour le pôle métropolitain. Et il intéresse au premier chef Saint-Etienne Métropole et son jeune maire, l' UMP Gaël Perdriau, 1er vice-président du pôle. Cet élu de droite n'a aucun état d'âme à avoir rejoint la bannière « OnlyLyon » pour assurer la promotion des atouts de son agglomération  à l'international. « Nous sommes dans une dynamique collective », s'est il réjoui en vantant la force de frappe de l'Aderly à laquelle cette intercommunalité vient d'adhérer.  Décidemment, toutes les lignes bougent !

Pour mieux comprendre les enjeux de développement de la plaine de Saint-Exupéry  >>Le plan d'occupation des sols en PDF

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :