Laboratoires : Dyomedea s'équipe d'un plateau technique automatisé

 |   |  412  mots
(Crédits : DR)
Dyomedea, groupe lyonnais de biologistes médicaux a investi un peu plus 4 millions d'euros dans un centre d'analyses totalement automatisé. Le groupe s'appuie sur 23 sites et entend continuer à fédérer d'autres laboratoires en restant indépendant.

La mise en commun des moyens d'analyses constitue la planche de salut des laboratoires de biologie médicale, de proximité. Le groupe lyonnais Dyomedea, une société d'exercice libéral à actions simplifiées, s'est doté d'un plateau technique automatisé, opérationnel 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.

4 millions d'investissement

Il a représenté un investissement global supérieur à « 4 millions d'euros en incluant les coûts liés au démarrage du fonctionnement ». Dans ce centre construit sur un terrain appartenant à la clinique de la Sauvegarde, dans le 9ème arrondissement de Lyon, sont réalisées des analyses dites courantes et en grande quantité (sur 10.000 tubes et 400 prélèvements/jour). « Cet équipement nous donne la capacité de doubler et même tripler notre production », indique Pierre Quenin, président du groupe qui présentait sa stratégie ce mardi.

3 500 dossiers/ jour

Dyomedea a publié 28,6 millions d'euros de revenus en 2014 et en prévoit 30 millions cette année. «En huit ans la tarification des actes (Ndlr : par la Sécurité Sociale) a été dépréciée de 25 % mais cette baisse a été compensée par l'augmentation des volumes », rappelle Pierre Quenin. Ainsi, et en profitant de l'ordonnance du 13 janvier 2010 qui a libéralisé cette profession Dyomedea s'est constitué, dès 2011, en agrégeant des laboratoires qui restent indépendants. Le groupe compte aujourd'hui 23 sites où 38 biologistes et plus de 250 collaborateurs traitent quelque 3500 dossiers de patients par jour.

Fédérer encore

Dyomedea confie ses analyses spécialisées soit à Biomnis soit aux Hospices Civils de Lyon « avec qui nous avons passé une convention. Nous voulons nous rapprocher de ce CHU pour des partages d'expérience ».

Pour la suite, et tout en restant fidèle à sa philosophie - indépendance par rapport aux opérateurs financiers - le groupe veut continuer à étendre sa toile à Lyon et dans l'agglomération. Pierre Quenin, évoque également des échanges entretenus avec deux groupes fonctionnant sur le même mode d'exercice. D'une part, Oriade à Grenoble qui a repris Noviale à Bourgoin Jallieu et d'autre part Gen-Bio, leader auvergnat de la profession. L'un et l'autre pèse un peu de 40 millions de chiffre d'affaires.

Secteur en consolidation

Ce secteur est en pleine consolidation. Bio-Access, le groupe fondé en 2009 par Jean-Louis Oger, pharmacien biologiste et ancien Pdg des laboratoires Mérieux (Biomnis aujourd'hui) s'est vendu au groupe Eurofins Scientific (coté en Bourse), en juin dernier. Créé en 2009 Bio-Access totalisait 1100 salariés répartis sur 103 laboratoires en Rhône-Alpes, PACA, Bretagne et Guyane.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/10/2015 à 18:44 :
Consolidations, ventes, licenciements, planche de salut ? ça ressemble plutôt à de la débandade autour de plans uniquement financiers. La vraie qualité est humaine, il me semble...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :